Type your paragraph here.

QUE NE FERA-T-ON POUR TOGUNA S.A ?

Encore et toujours des tripatouillages !

Non contente de bénéficier illégalement du marché de 31 millions F CFA portant fourniture de complexes céréales pour la campagne 2018-2019, la société TOGUNA S.A vient encore de jouir de privilèges exceptionnels consistant à casser les autres concurrents à son seul et unique profit.

Il s’agit en effet du marché d’appel d’offres international n°02/2017/GIE portant fourniture de complexe céréales pour la campagne 2018-2019. Et la société TOGUNA a été abusivement gratifiée de 40% dudit marché pour un montant de 31 millions F CFA. Et ce n’est pas tout !

Pour rappel, l’offre porte sur la livraison de 250.000 tonnes engrais au compte de la CMDT au profit des sites de FANA, Dioïla, Bougouni, Koumantou, Kignan, Sikasso, Koutiala, Karangana, Kimparana, Kita, OHVN Bamako et l’Usine de Ouélessebougou.

Le montant total du marché est de l’ordre de 74,7 milliards de nos francs. Et parmi les 27 postulants, figure en première place, la société TOGUNA S.A dont on connait d’ores et déjà les affinités avec le régime politique en place. Et la stratégie consiste aujourd’hui à léser les 26 autres concurrents au profit de cette société.

La trouvaille : les attestations PVI et LaboSEP

C’est à travers une correspondance (n° 0239 GIE) en date du 08 Décembre 2017 adressée à tous les soumissionnaires que le Président du GIE (Bakary Togola) agissant au compte de la CMDT, fixe la nouvelle règle du jeu en faveur de Toguna S.A. L’objet de ladite lettre, ou mieux, des exigences, est relatif à la Fourniture d’attestations PVI et LaboSEP. 

Le responsable dudit GIE invite ainsi les soumissionnaires à fournir une «attestation de vérification PVI sur la qualité et la valeur des engrais en cours de livraison (uniquement les engrais importés) ; l’attestation du contrôle du contrôle de qualité du LaboSEP des engrais en cours de livraison (engrais importés et engrais fabriqués au Mali)».

Le hic, poursuit la correspondance, c’est que la «non-fourniture desdits documents conduit à la résiliation partielle du reliquat de la tranche». En clair, l’absence des documents cités, est susceptible d’être cause d’annulation du contrat.

Mais souvenez-vous en : la correspondance date du 08 Décembre 2017 et le délai de fourniture desdits documents est, tenez-vous bien, le 20 Décembre de la même année. En somme, les postulants n’ont que 12  jours (référence faite à la date d’émission de la correspondance) soit moins de deux (02) semaines pour s’exécuter. Mais en quoi, TOGUNA est-elle favorisée ?

Le mélange et non l’importation

La correspondance du Président du GIE, à savoir Bakary Togola fait uniquement cas des attestations portant «vérification PVI sur la qualité et la valeur des engrais en cours de livraison (uniquement les engrais importés» et le «contrôle de qualité du LaboSEP des engrais en cours de livraison (engrais importés et engrais fabriqués au Mali)».    

Il s’avère, dans ce registre, que la société TOGUNA est de facto hors de la mêlée ce, dans la mesure où elle ne procède qu’à un mélange sur place. Et son produit fini ne saurait être catalogué parmi les critères de sélection puisque n’étant importé au Mali. Il y a mieux ou pire !

Le Dead-line (date limite) se rapporte au 20 Décembre de l’année en cours soit moins de deux semaines. Une conditionnalité qui restreint considérablement la marge de manœuvre des concurrents importateurs. Alors ainsi, la société TOGUNA S.A s’avère le seul à remplir les conditions et remporter le jackpot haut la main. 

Ainsi va le Mali sous IBK !

Batomah Sissoko