LES SCANDALES DU SOMMET AFRIQUE – FRANCE : LA LISTE DES MARCHÉS NON-EXECUTÉS ET DES ENTREPRISES ÉPINGLÉES…
Mêmes les fauteuils des chefs d’Etat et Premières dames n’ont été épargnés


Encore Karim Keïta 

Des marchés de plusieurs dizaines de millions F CFA attribués en bonne et due forme, mais partiellement ou jamais exécutés dans les faits ! Il n’en a pas manqué lors du Sommet des Scandales de Bamako des 13 et 14 janvier dernier. «Le Sphinx» a pu mettre la main sur les contours de l’un des plus gros scandales du régime IBK.

Il s’agit en effet de ces marchés et contrats relatifs à la mise à niveau du CICB dans la perspective du 27ème Sommet Afrique/France.

Celui (le marché) N° 355/DGMP-DSP-2016 est relatif aux travaux de reprise des installations électriques (grabataires, Armoires, Salles et Espaces) pour un Montant de 186.750.000 F CFA. Il a été attribué à l’entreprise EGTS laquelle a perçu une avance de 175.800.000 F CFA pour un reliquat de 10.950.000 F CFA.

Il s’avère, à la suite d’un contrôle à l’interne, que «l’entreprise a juste fait la mise à niveau à la place de la fourniture et la pose matériels».  Par conséquent, dans la note d’information dont « Le Sphinx » détient copie, la nouvelle DG du Cicb, Mme Pierrette Véronique Sidibé «exige le remboursement du montant du travail non effectué perçu par l’entreprise conformément aux clauses du contrat» soit 175.800.000 F CFA.

Pour le remplacement des carreaux cassés de l’Esplanade central, le marché N°359/DGMP-DSP 2016 a été attribué à l’Entreprise SESG pour un montant de 85.598.500 F CFA entièrement payé.

Dans les faits, ladite entreprise a juste nivelé et réparé une partie de l’espace concerné. Et en vue de masquer les tares lors du Sommet, les responsables du CICB durent recourir à des stratagèmes (décorations, camouflage, mosaïque) pour améliorer l’image de l’Esplanade Central).

S’agissant de l’aménagement des espaces verts et parkings extérieurs, le marché a été attribué à la même entreprise que la précédente (EGTS) pour un montant de 189.500.000 F CFA hors taxe,  (marché N° 0354/DGMP-DSP 2016. Un montant également et entièrement payé.

Observations et recommandations : «Travaux non-exécutés. Faire restituer par l’Entreprise le montant de 30 millions F CFA pour la non-exécution des aires de circulations et le montant de 33 millions de la non-exécution du parking intérieur ; faire une évaluation financière du travail exécuté pour le parking extérieur qui n’est que partiel (1/3)». Sans commentaire !

La fourniture et l’installation d’équipement de traduction simultanée ont été confiées à un nommé Mahamane Tangara pour un montant de 124.372.000 F CFA Hors Taxe et entièrement payé. Un marché jamais exécuté, en tout cas, pas dans les délais contractuels ! Verdict : à rembourser !

A la société «GENIE TECHNOLOGIE» a été attribué le marché de fourniture d’une table ovale à hauteur de 62.304.000 F CFA HT  payés sur présentation de la facture (ce qui a été fait). Mais non livré ! Le marché a été donc réaffecté à une autre société pour le même montant.

L’Entreprise FAKO SARL elle, a bénéficié du marché portant sur la fourniture de mobiliers de bureau et salons pour un montant de 363.700.000 F CFA HT. Sur présentation de sa facture, la somme de 363.000.000 F CFA lui a été versée soit un reliquat de 253.890.000 F CFA à verser.

Mais les contrôleurs, au regard de la lenteur de l’entreprise et surtout de ses tares, a proposé une «demande d’avenant pour une société spécialisée pour les fauteuils VIP des Chefs d’Etat et des Premières dames pour cause de proposition de matériels fournis non-conformes à la demande de l’autorité contractante et le reste de l’exécution lui sera confiée».

Explications : dans le marché initial, il était prévu l’achat de nouveaux matériels (fauteuils VIP des Chefs d’Etat et Premières dames) pour un montant total de 363.700.000 F CFA Hors taxe (HT) et pour un délai de 120 jours. Non seulement, la société contractante n’a pas respecté le délai requis, il s’est aussi avéré que les fauteuils étaient d’anciens meubles rembourrés et joliment décorés. D’où la demande d’un avenant pour cause de non-conformité selon l’autorité contractante. On le voit, même les fauteuils des chefs d’Etat et de leurs épouses n’ont été épargnés ! Sacrés magouilleurs !

Pour sa part, c’est l’Entreprise H.A T.T. S SARL qui a bénéficié du marché relatif à la fourniture et pose de pupitres tactiles et écrans géants pour un montant de 151.340.000 F CFA (HT). Sa facture a été entièrement liquidée. Mais il y a eu un hic ! Le marché a été annulé parce que la partie française s’est engagée à apporter les équipements nécessaires. Ce qui a été fait. Mais l’on attend encore le reversement effectif des 151.340.000 F CFA (HT).

La sulfureuse affaire de la climatisation

D’abord une anecdote : du 23 au 28 janvier 2017, s’est tenue la 12ème session de l’UPCI au CICB de Bamako. L’UPCI, c’est l’union parlementaire des Etats membres de l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique). Elle (l’OCI) est la deuxième plus grande organisation intergouvernementale après les Nations-Unies avec 57 pays membres issus de quatre continents.

Ont pris part à ce Sommet de Bamako, plus de 48 délégations soit environ 350 personnes. A l’ordre du jour, figuraient l’épineuse question du terrorisme, le rôle et le droit de la femme en Islam, la question de la Palestine, etc. C’est dire que Bamako avait ce jour, l’honneur d’abriter un Sommet plus important que celui Afrique-France au regard des attentes aussi bien pour le Mali que le reste du monde.  

Mais savez-vous ce qui est advenu, ce jour-là ?  Eh bien, le système de climatisation est tombé en panne ! Des participants, très sensibles à la chaleur, durent sortir de la salle pour se rafraîchir à l’extérieur.

Une panne ! Mais quelle panne dans la mesure où le CICB était censé être doté d’un nouveau système de climatisation central acquis dans la ferveur du Sommet Afrique-France ? Et patatras ! 

Un marché effectivement attribué à plus de 997 millions F CFA et financé à hauteur de 95%

Ledit marché pour un montant exact de 997.817.714 F CFA et pour un délai d’exécution de 04 mois a été en effet affecté aux entreprises GPS SARL, GTI SARL et SS TRADING SARL-U.

Pourtant financé à hauteur de 95% plusieurs mois avant la date indiquée, les entreprises concernées n’ont jamais livré la marchandise. Malgré cette tare, le service comptabilité-matière n’a pas jugé nécessaire d’appliquer la procédure à savoir l’article 47 du code des marchés publics selon lequel, le marché doit être exécuté suivant la date d’approbation du contrat (dans les 04 mois dans ce cas précis) au risque de l’application de la pénalité par jour de retard (article 28 du code des marchés publics CCAG/Article 53).

Le rapport des contrôleurs précise : «dans notre cas, la date d’approbation du marché d’exécution étant le 03 mars 2016, le contrat aurait dû être exécuté au plus tard fin juillet 2016 ; or, à la date d’aujourd’hui [15 novembre 2016 NDLR] le marché n’est pas exécuté et aucune pénalité de retard n’est appliquée». Pourquoi donc ?

Dans les faits et après investigations, il s’est avéré que c’est l’ancien système de climatisation central qui a assuré le service pendant le Sommet Afrique-France et qui est tombé en panne lors de celui de l’UPCI. Et pour la petite histoire, c’est seulement maintenant (courant semaine dernière), qu’a été mis à jour le nouveau produit.  Les enquêtes sont en cours afin de situer les responsabilités ! No comment !

Des groupes électrogènes du Sommet déjà vendus à un Député

Le saviez-vous ? La Direction du CICB a été contrainte de louer des groupes électrogènes conformes aux exigences de la partie française à hauteur de plusieurs dizaines de millions F CFA, le temps du Sommet de Bamako et même au- delà. Mais dites-donc ? Les organisateurs auraient-ils omis cette pièce indispensable dans leur dispositif ? Que nenni !

Le montant (plusieurs centaines de millions F CFA) a, en effet été comptabilisé et décaissé pour les besoins de la cause, à savoir l’achat d’au moins trois groupes électrogènes très performants et conformément à la norme française. Alors pourquoi cette location par surcroit budgétivore ?

Réponse : les machines en question n’ont jamais été officiellement réceptionnées, en tout cas, au moins deux semaines avant le Sommet. La Directrice n’a eu vent de leur existence qu’à quelques encablures de l’événement. Il s’avère que le temps de leur installation et mise en service prend au moins deux (02) mois. Elle (la Directrice) n’avait que deux (02) semaines. D’où la location de groupes afin de pallier au plus pressé. 

Mais pourquoi diantre la Direction n’a appris l’existence des livraisons que plus tard, beaucoup plus tard ? Tout simplement parce que de petits malins avaient savamment préparé un coup : ne jamais dévoiler l’existence des groupes en question et les céder aux plus offrants après le Sommet. Et ils avaient une bonne couverture pour ce faire : l’entreprise chinoise ayant construit ledit Palais (CICB) d’il y a 22 ans, est appelée à procéder à une totale rénovation de l’édifice. Alors ainsi, toutes les traces de magouilles, marchés fictifs et/ou non exécutés disparaîtront.  Ni vu ni connu !

Et nos magouilleurs avaient déjà un preneur pour les groupes : un Honorable Député de l’Auguste Assemblée Nationale de la République du Mali !

Il nous revient, par ailleurs que toutes les entreprises épinglées sont très proches du Député Karim Keïta et non moins fils de son Père. Ainsi va le Mali sous IBK !

Batomah Sissoko

 

Encadré

Récapitulatif des montants à récupérer
1). Les marchés (mise à niveau de l’Office de la Salle des Banquets et de ses espaces annexes du CICB : 108.516.250 F CFA
2). La fourniture et installation d’équipements de traduction simultanée : 124.372.000 F CFA
3) La Fourniture d’une table ovale : 62.000.000 F CFA
4) La restitution d’une partie des fonds sur les marchés relatifs à l’aménagement des espaces verts et parkings extérieurs : 113.000.000 F CFA
5) Une restitution des Fonds du marché de fourniture et pose des matériels de climatisation : 249.454.428 F CFA
6) Une restitution de fonds du marché de la fourniture de pose d’écrans géants et pupitres tactiles : 151.340.000 F CFA
7 Une restitution des fonds sur le marché relatif aux travaux et reprises des Installations électriques : 82.682.678 F CFA
Total : 890.682.678 F CFA
S’agissant du contrat «travaux de remise en état des toilettes des bâtiments A et B pour un montant de 98.700.000 F CFA HT, des réflexions sont en cours pour trouver les voies et moyens d’entente avec l’Entreprise.
N.B : ceci n’est que la partie visible de l’iceberg (NDLR). A suivre !