CHU DU POINT G

Le ministre Samba Sow envoie la police mettre le bureau du DG sous scellés


Nous venons de l’apprendre, le Pr Samba Sow ministre de la Santé et de l’Hygiène publique,  a envoyé une horde de policiers afin déloger de son bureau le Pr Idrissa Ahmadou Cissé, le Directeur général de l’Hôpital du Point G, qui était absent.
Ce  dernier dont il a abrogé le décret le 5 février dernier, n’ayant pas été relevé dans les règles de l’art a, par la suite,  attaqué le décret devant les tribunaux. Sachant pertinemment que ledit décret va être retoqué par les sages de la Section administrative de la Cour suprême, le Pr Sow a donc pris les devants – sous le fallacieux prétexte que le Pr Cissé a fermé son bureau à clé depuis le 5 février- pour mettre son bureau sous scellés.
Samba Sow,  qui ne manque décidément pas d’étoffe,  a osé, comme nous l’avions écrit la semaine dernière, remplacer le nom de Bakary Diarra par celui de Salif Samaké, sur le même décret qui, du coup, sent un fort relent de faux et d’usage de faux.
Le « Premier décret » qui réellement est passé au Conseil des ministres est celui dont l’Article 2  abroge le décret de nomination de  Bakary Diarra (décret de 2016). 

Il comporte cependant deux impairs :
 A- il abroge la nomination de Bakary Diarra avant dernier Secrétaire Général du MSHP qui a précédé Salif Samaké décret de 2017).
B - l’abrogation ne concerne que le décret de Bakary Diarra alors que deux (02) Conseillers techniques figurent sur le même décret et les Conseillers qu’ils remplacent rien n’est dit par rapport à l’abrogation de leur décret de nomination. 
Pour résumer,  à l’analyse de ce décret le MSHP avait : deux (02) Secrétaires Généraux  Mama Coumaré (entrant) qui remplace Salif Samaké (sortant) mais dont le décret n’a pas été abrogé.
 On a donc quatre conseillers techniques les deux (02) entrants et deux 02) sortants dont aucune mention n’est faite de l’abrogation de leur décret de nomination. 

  « Le Deuxième décret » est réellement faux car contrefait malgré la même référence et la même date de signature que le « premier décret » et qui corrige l’impair du «  Premier décret » en mettant en Article 2 Salif Samaké (le vrai sortant que Mama Coumaré remplace). Ce décret n’a pas pu passer au Conseil de Ministre du 20 au 24 Avril 2018,  le Président étant en déplacement à Ségou et le Ministre Samba O. Sow n’a pas assisté au débat de la DPG du lundi 23 Avril 2018 en étant annoncé hors des frontières du pays.
La contre-façon est soupçonnée en regardant de près :

A- le paraphe de fin de l’Article 2 est différent de celui du précédent 
B- la signature du président de la République semble être « renforcée au feutre noir   maladroitement ». Il se « devine » aisément une empreinte sous- jacente.
Cette « reprise » de signature du Chef de l’Etat est plus frappante que celle des autres signataires du décret !
C - les noms et prénoms des signataires semblent « fluorés » comparativement au précédent décret. 

 En somme ce qui est impossible à concevoir administrativement est deux (02) actes de nomination (décret en l’espèce) avec la  même référence, la même date de signature nommant trois (03) personnes,  certes à des postes différents,  mais dont les « Article 2 » sont distincts car ne concernant pas la même personne (Bakary Diarra dans l’un et Salif Samaké dans l’autre ).
Lequel est le vrai décret ? Aucun de ces deux décrets ne mentionne la «correction quelconque  d’un précédent décret »
On aura tout vu dans ce pays !