A PROPOS DE L’AFFRONTEMENT DE RARHOUS

Le coup de bluff de Barkhane

Il est vrai que la ville de Rharous a été attaquée très tôt le matin du 18 avril dernier aux environs de 05heures du matin par des individus lourdement armés. Il est aussi vrai que les maliens basés sur place ont subi des pertes. Mais l’assaut tel que relaté par certains s’avère faux.
Les assaillants, au nombre de plusieurs dizaines étaient bien renseignés sur le camp occupé par les commandos Paras. C’est avec précision que les obus ont atterri sur le dépôt d’armes. Toute chose qui a occasionné des victimes (03) par des éclats de grenades. Aussitôt, la riposte s’organisa. De 05 à 07 heures du matin, les commandos livrèrent une bataille farouche contre les assaillants. Au moins 4 parmi eux furent faits prisonniers. Et ils laissèrent plusieurs morts sur place avant de fuir.
Mais ils tombèrent nez à nez sur le renfort venant de Gossi. Ce fut leur perte. Pris entre deux feux, ils furent presque exterminés. Les rares rescapés à bord de pick-up et sur motos furent pris en chasse par les hélicos de l’opération Barkhane venus en renfort. Deux pick-up armés de calibre 12/7 et au moins 2 camions furent calcinés. Il y a très peu de survivants dans les rangs des assaillants.
Nulle intention de minimiser l’apport de la force Barkhane, mais il convient de signaler que ce sont les FAMAS qui ont fait le plus gros du boulot non seulement en défendant leur position et en pourchassant l’ennemi.
Rappelons que le contingent, victime de la lâche attaque devrait être relevé le 25 de ce mois après plusieurs mois de services dans la zone. Les assaillants le savaient-ils ? 
Il  faut noter que c’est la troisième que ce camp fut attaqué ; ce qui prouve que nos autorités militaires et politiques n’ont rien appris de ces leçons. Quelle carence !

Attaque de Rarhous

Non Adama Sidibé dit Bogolan n’est pas mort… Il était dans un coma profond

Suite à l’attaque des positions des FAMAS à Rarhous, le Champion du Mali en Boxe catégorie Poids lourd a été donné pour mort. Il est vrai qu’il a reçu au moins deux balles lors des combats. Blessé, il est tombé dans un coma profond. Mais fort heureusement, il s’en est remis suite à des soins intensifs et sa vie ne serait plus en danger.
On note malheureusement les décès de l’adjudant Yacouba Cherif Coulibaly, du caporal Batiémé Togola, le 1ère classe Katiémé Togo et le 2ème classe Ousmane Sanogo dit Silamé