OPA SUR LES FONDS PUBLICS

 Après les DFM, le tour des DG et des percepteurs


 

Après le limogeage de tous les DFM  et leur remplacement par des hommes à sa dévotion,  Boubou Cissé s’apprête de faire la même chose avec tous les percepteurs en chef  du Mali. Dans la même veine les ministres RPM sont priés de remplacer tous les directeurs généraux et centraux sous leur tutelle. Objectif : chercher le maximum d’argent afin de permettre la réélection d’IBK dès le 1er tour. La vile stratégie mise en œuvre pour réussir une véritable OPA sur l’argent du contribuable malien est en marche.

 La semaine dernière, le ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé reportait les décrets de nomination de tous les Directeurs Financiers et du Matériel pour déployer ceux qui ont jusqu’ici fait son affaire dans les différents ministères. Si les uns ont été retenus et ont participé au jeu de chaises musicales au tempo Cissé, d’autres, par contre ont été tout simplement remerciés. Ils font partie du lot des DFM qui se sont opposés au puissant maitre de l’Hôtel des Finances dans des dossiers d’appel d’offres aussi scandaleux les uns que les autres. Si la nomination des DFM par les ministres de l’Economie et des Finances de nos pays est une directive des bailleurs de fonds, ces derniers ont par ailleurs exigé que cela se fasse dans les règles de l’art.
En d’autres termes, Boubou Cissé devait faire un appel à candidature afin de sélectionner les meilleurs au lieu  d’imposer à ces autres collègues des DFM à sa botte et tous militants du RPM prêts à renflouer les caisses de leur parti dans la perspective de la prochaine présidentielle.  Avec un seul objectif : faire élire IBK dès le 1er tour.
Si Boubou Cissé a réussi dans sa stratégie en plaçant ses hommes presque partout, il s’est heurté aux militaires qui ont refusé qu’il leur impose son propre cousin Ama Barry. Un véritable échec,  quand on sait qu’avec la Loi de programmation militaire, le Ministère de la Défense et des Anciens combattants est une véritable pompe à finances.

L’OPA sur nos fonds publics va connaître un autre volet avec le limogeage par les autres ministres de tous les directeurs généraux et centraux sous leur tutelle dotés de budgets substantiels et leur remplacement par des cadres RPM. Et tous les prétextes sont bons pour limoger ceux qui ne font pas leur affaire. Le cas du directeur du Centre national des œuvres universitaires en est un exemple flagrant

 
La vérité sur le marché d’acquisition de bus par le Cenou

 Le marché d’acquisition de cinq bus de transport pour les étudiants par le Centre national des œuvres universitaires (Cenou) s’est déroulé conformément aux règles et normes de passation des marchés publics au Mali. La procédure a été respectée de bout en bout. Face à l’urgent besoin d’acquérir de nouveaux bus pour transporter les étudiants, le Centre national des œuvres universitaires (Cenou) a déclenché fin 2016 une procédure d’achat de cinq bus. Conformément aux procédures légales de passation de marchés publics au Mali, la direction a soumis le projet d’offre pour appréciation à la Direction générale des marchés publics (DGMP). Validé par celle-ci, l’avis d’appel d’offre a été publié le 24 octobre 2016 et publié dans le quotidien national L’Essor du 27 octobre. Au total dix dossiers ont été vendus aux soumissionnaires et neuf ont pu apporter leur offre. La sous-commission composée des membres la direction générale de l’administration des biens de l’Etat (DGABE), de la DGMP et du service technique du Cenou, en présence des soumissionnaires, ont reçu les offres. La commission a entériné le travail et envoyé le rapport final à la DGAB. A l’issue de tous ce processus, le Cenou, à travers la lettre n°526 DG-Cenou, a transmis le rapport de dépouillement à la DGMP pour approbation et celle-ci dans sa correspondance n°03877 MEF-DGMP-DGSP du 25 novembre 2016 a affirmé n’avoir  aucune objection à faire, mais a instruit au Cenou d’informer tous les soumissionnaires non retenus. Ce qui a été fait. Et aucun soumissionnaire ne réagira à cette lettre étant donné qu’ils pouvaient, s’ils n’étaient pas d’accord avec la décision, faire appel auprès de l’Autorité de régulation des marchés publics. Comme le marché dépassait la somme de 500 millions de F CFA, le dossier a été soumis à l’appréciation du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ainsi qu’à son collègue de l’Economie et des Finances. Le 5 janvier 2017, le MEF a approuvé en accordant à titre exceptionnel l’attribution de ce marché pour un délai d’exécution de 7 jours au lieu de 45 jours comme le recommande la loi. Ceci pour faire face à l’urgence, car le déplacement Kabala-Bamako est très ardu pour les étudiants. Le 19 janvier 2017, le DG du Cenou notifiera à l’entreprise Signale-Service à travers la lettre n°00017 qu’elle est l’adjudicataire  du marché.

Alors pourquoi tant d’acharnement ? A l’issue d’une enquête que nous avons menée auprès de la commission et de quelques soumissionnaires (y compris ceux qui n’ont pas bénéficié du marché), toute cette cabale serait orchestrée par un fournisseur mécontent appuyé par des complices politiques tapis dans l’ombre pour évincer le Directeur du Cenou où beaucoup d’argent est brassé.

On a aussi découvert que les véhicules en question n’avaient pas encore été réceptionnés par la commission qui attendait toujours l’approbation et la fin des vérifications de la Direction générale de l’administration des biens de l’Etat (DGABE), seule structure habilitée à dire si les bus sont conformes à l’offre ou pas. Mieux, en raison du délai de livraison dépassé de plus de 41 jours, Signale-Service devrait livrer les bus le 27 janvier 2017 au lieu du 9 mars 2017 comme instruit par le ministre de l’Economie et des Finances, le Cenou a déjà compté le montant à reverser au Trésor public comme pénalité. Cette somme est estimée à plus de 9 millions de F CFA, soit 240 720 F CFA par jour. Ce qui prouve la bonne foi de la direction générale du Cenou.

« Si la qualité des bus est mise en question, ce n’est pas la faute du Cenou » selon un spécialiste des passations de marchés publics au Mali, joint par « Le Sphinx ». Pour lui, la direction du Cenou a bel et bien joué la carte de transparence dans la gestion de ce dossier. Il explique que la qualité des bus devra être conforme à l’offre à défaut, il y aura des pénalités contre le fournisseur. « Dans ce cas de figure, la commission n’a pas encore réceptionné les véhicules. Et mieux, le délai d’exécution n’ayant pas été respecté, la direction du Cenou a calculé la pénalité qui s’élève à plus de 9 millions de F CFA. Je pense que le Cenou joue la carte de la transparence et que certains n’ont pas compris le jeu », précise notre interlocuteur sous le sceau de l’anonymat. Les bus ont même été rejetés par le DG.

Par ailleurs, les prospections ont révélé que les cinq bus CH 0578, CH 0788, CH 0366, CH07 87,  CH0546 ne comportent qu’une cinquantaine de places, donc ne respectent pas les clauses du contrat qui indiquent 70 places.  D’autres anomalies constatées par l’expertise : fuite de gasoil,  fissure de pare-brise, perte d’huile pour le moteur, etc. Pis, tous les bus sont repeints, les moteurs présentent un aspect vétuste (enrouillé), la climatisation est non fonctionnelle dans tous les bus, sans compter l’absence de triangle de signalisation. Les radios sont sans tête. Suivant toutes ses remarques, le directeur général du Cenou a rejeté les bus.  Aucun montant n’a été payé au fournisseur. Ainsi il a été proposé de résilier le marché conformément aux dispositions des articles 34 du marché et 101 du décret numéro 2015-0604/P-RM du 25 septembre portant Code des marchés publics et des délégations de service public et la saisie de sa caution de soumission, etc.

Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage dit l’adage. L’abrogation du décret de nomination du DG du Cenou Allaye rentre dans le cadre de cette grande OPA sur nos fonds publics en vue d’engranger le maximum d’argent pour faire passer IBK dès le 1er tour.

D’autres cas vont suivre bientôt. L’OPA est en marche après les DFM, tous les directeurs généraux et tous les percepteurs seront relevés et remplacés par les militants du RPM.

Adama Dramé