Célébration de la Journée internationale de lutte contre le trafic illicite des Drogues :

 

Kayes  avec  plus de 200 000 comprimés de tramadol saisis a abrité l’édition 2018 de cette journée

Dans le monde, le 26 juin est décrété journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues par les  Nations Unies depuis 1987. Pour le Mali, cette année la journée dont le thème «La problématique du trafic et de la consommation non médicale du Tramadol au Mali » a été célébrée à Kayes par l’Office Central des Stupéfiants (OCS) en partenariat avec l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) à travers une conférence débat, et l’incinération des produits saisis dans la région.  

 
Cette année, la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues a été  célébrée au Mali par une conférence débat que  l’Office Central des Stupéfiants (OCS) a organisé  le mardi 26 juin dernier  dans la salle de conférence de la délégation régionale de la Chambre de commerce et industrie du Mali (CCIM) Kayes.
Cette conférence-débat dont la thématique était, « La problématique du trafic et de la consommation non médicale du tramadol au Mali», était présidée par le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le général de Division Salif Traoré. Il avait à ses côtés plusieurs  personnalités notamment la représentante du maire de la commune urbaine de Kayes, Mme Macalou Mariam Seck N’Diaye, le colonel-magistrat Adama Tounkara, Directeur général de l’Office Central des Stupéfiants, et le coordinateur de l’ONUDC au Mali monsieur Ganda Traoré
Prenant la parole la première, l’hôte de la Cérémonie Macalou Mariam Seck N’Diaye, après avoir souhaité la bienvenue aux participants s’est dite fière d’accueillir la présente  cérémonie de l’édition 2018 de la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues, avant de faire savoir que l’usage des drogues par les jeunes dans la cité des rails est malheureusement une réalité qui ne peut et doit laisser personne insensible. « C’est un véritable fléau qui se propage à une vitesse inquiétante ».

Pour le coordinateur de l’ONUDC, c’est un grand plaisir pour lui de répondre à la demande de l’OCS de participer à la célébration de cette journée à Kayes. Selon Traoré, sa participation s’inscrit non seulement dans le cadre du mandat de l’ONUDC en tant que dépositaire et gardien des conventions internationales sur le contrôle des drogues, elle est aussi motivée par l’importance de la thématique  choisie à savoir « La problématique du trafic et de la consommation non médicale du tramadol au Mali ».
Ce choix dénote d’une approche révolutionnaire adoptée par le ministère de la Sécurité  et de la protection Civile.
Le Mali avec un territoire plus vaste  1 241 000 km2 et des frontières poreuses avec 7 pays, les enjeux sont donc de taille et ne peuvent être résolu que par des services spécialisés et hautement qualifiés ayant une compétence nationale et internationale tel que l’Office Central des Stupéfiants.
Conscient de ces menaces qui pèsent sur le pays, l’ONUDC s’est engagée depuis 2010 au Mali à travers des actions de renforcement des capacités des forces de sécurité en terme  d’équipements mais également en terme de formations au profit des agents de la police nationale, de la gendarmerie nationale, de l’Office Central des Stupéfiants dans divers domaines tels la lutte contre le terrorisme, le trafic illicite des stupéfiants, le trafic d’armes et la criminalité organisée.
A cet effet, l’ONUDC est disposée à apporter son assistance à l’Office Central des Stupéfiants qui, de par sa compétence territoriale, couvre tout le territoire national, et dispose d’un personnel qualifié.
Pour rappel, plusieurs saisies témoignent de l’importance de la circulation du Tramadol en Afrique de l’Ouest ces dernières années.
-En janvier 2016, la police nigérienne découvrait 7 millions de comprimés ;
En septembre 2017, plus de 3 millions de comprimés de Tramadol emballés dans des cartons portant l’étiquette des Nations Unies ont été interceptés au Niger dans un véhicule provenant du Nigéria à destination du Mali.
Ce qui est beaucoup plus inquiétant, est que le dosage des comprimés de Tramadol saisis en Afrique de l’Ouest est largement supérieur aux 50 milligrammes habituellement vendus dans les pharmacies. Dans le circuit illicite, les drogues vont  de 100, 200 jusqu’à 250 milligrammes de substance active. 

Quant au Directeur de l’Office Central des Stupéfiants (OCS), le colonel-magistrat Adama Tounkara dira dans ses  propos que le choix du thème « La problématique du trafic et de la consommation non médicale du Tramadol au Mali » est très important. En effet, depuis un certain temps, nous avons constaté le détournement de l’usage de ce médicament et pour le site de Kayes, c’est parce que cette année nos services ont saisi plus de 200 000 comprimés de Tramadol dans la région. »

Tounkara affirmera que les conséquences néfastes du fléau doit amener les différentes autorités à travailler main dans la main pour affranchir la région.

A sa suite, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le général de Division Salif Traoré ajoutera que le thème retenu cette année pour la célébration du 26 juin revêt une importance toute particulière pour la région de Kayes compte tenu de l’ampleur de la prise des comprimés de Tramadol hors prescription médicale par les jeunes. Cet antalgique utilisé pour atténuer la douleur est en phase de devenir un véritable problème de santé publique en raison de sa consommation non contrôlée.

Il a ensuite félicité l’OCS et l’ensemble des services de sécurité pour leur vigilance accrue.

A titre de rappel, il faut signaler que c’est 1987 l’Assemblée Générale de l’ONU a dédié le 26 juin de chaque année comme  journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues.

A.M.NIANG