Le Cabinet du Chef de l’Opposition dans le collimateur des barbouzes

 Après la publication du cabinet du chef de l'opposition : La division politique a communiqué ce jour les adresses et contacts pour surveillance à la division des opérations des nommés ci-après : Nouhoum Togo Seydou Cissé,  Baba Djeli, Ibrahima N"Diaye. Djigue Diabaté. À compter du 18 février,  la surveillance du cabinet sera continuelle. Par ordre de priorité Nouhoum Togo et l’attaché Baba Djeli.

Plainte contre ABC : le parquet se concerte

Réunion samedi dernier entre le ministre de la justice et le PG de Bamako pour l’orientation du dossier de la plainte contre notre confrère Ammy Baba Cissé le Dirpub  du journal « Le Figaro du Mali ». A charge pour lui de suivre le dossier avec le PR de la commune III. Cependant le torchon brûle entre le PR de la C III et le ministre car selon des indiscrétions le ministre désire le remplacer ainsi que tous les autres juges qui ont favorisé la grève des magistrats.


Gao dit niet

Selon des sources sécuritaires, le samedi dernier, il y a eu  des manifestations de contestation contre les autorités intérimaires à Gao et Tombouctou. Les manifestants rejettent catégoriquement les noms des personnes sélectionnées. La tension reste vive dans les deux régions.


Duel au sommet de l’Etat

Mésentente entre Soumeylou Boubeye Maiga et le ministre Bathily. Depuis quelques jours, ce dernier a décidé de démolir les constructions anarchiques de l’espace aéroportuaire. Cependant plusieurs personnalités dont la femme du Secrétaire général de la Présidence disposent des maisons dont la valeur dépasse des centaines de millions. Les deux personnalités usent de tous les moyens pour avoir le dessus sur l'un sur l’autre. La famille présidentielle hésite à se prononcer. Toujours à la pointe de l’information, le bouillant chroniqueur Ras-Bath est passé filmer la zone.


Le ministre de La Défense en compagnie du secrétaire général du gouvernement ont été reçu le samedi  matin par le président de la République pendant plusieurs heures.

Les dossiers d’enquête des 17 ministrables ont été examinés. 05 autres noms ont été ajoutés à la liste  par le chef de l’Etat sans enquête. Une enquête a été également  faite sur les  ministres cités dans les dossiers depuis l’arrivée d’IBK au pouvoir.
Cette concertation à trois prouve que c’est bien Abdoulaye Idrissa Maiga qui sera le futur PM. Il est vrai que  « Tout sauf Boubèye » est devenu le leitmotiv des caciques du RPM



 Comptes et mécomptes du Sommet Afrique-France : l’Inspection des Finances passe au peigne fin la gestion financière du président du Comité d’organisation

Avant, pendant et après le 27ème Sommet Afrique-France organisé à Bamako, Le Sphinx ne cessait de dénoncer les dérives de gestion du Comité d’organisation présidé par Abdallah Coulibaly. La restauration confiée à sa belle-fille et sous-traitée avec une entreprise sénégalaise, la gestion des véhicules et du carburant, les multiples marchés par entente directe dont les travaux n’ont pas été réalisés ou partiellement réalisés, le scandale de la réfection du Centre international de conférence dont la plupart des marchés ont fait l’objet de litige, les maisons préfabriquées pour l’hébergement à la Base aérienne B et les nombreuses villas meublées dans les quatre coins de Bamako, en plus de l’argent de la communication et de la presse. Tout doit être audité et les inspecteurs  des finances sont lâchés à ses trousses pour cela. Mais la question importante est la suivante : Koulouba laissera-t-il faire ?

 
Par la cupidité d’un sous-préfet, une opération de démolition de maisons se transforme en une émeute

Selon nos sources, la scène s’est passée à Sirakoro où une société de promotion immobilière tentait de dégager des occupants illégaux de son domaine de près de 50 hectares qui sont des titres fonciers en son nom. L’affaire a été tranchée par les tribunaux qui ont donné raison à la société immobilière, en l’occurrence la Sifma-sa, pressée de récupérer ce lopin de terre pour y faire des aménagements. Il se trouve que la plupart des occupants, selon nos sources, se prévalent de faux titres de propriété obtenus à partir des spéculateurs fonciers.  Mais en voulant exécuter la décision de justice, notamment l’expulsion es occupants illégaux, des esprits belliqueux ont poussé à la révolte ces populations qui ont ainsi attaqué les pelles mécaniques et autres engins qui avaient commencé, telle les bulldozers d’Ami Kane à Bamako, à tout détruire. On ne déplore pas de victime humaine, mais des arrestations parmi les manifestants et une machine de la société immobilière endommagée.

Travaux de réhabilitation du Cescom de Lafiabougou ; les populations se plaignent de l’énorme retard accusé par les travaux

Le Cescom de Lafiabougou avec sa pédiatrie et son service de gynécologie, soulageait bien les populations qui font actuellement un long déplacement pour aller consulter des médecins, à cause des travaux de réfection initiés dans ce Cescom depuis l’année dernière. Mais apparemment les travaux durent et un retard est accusé, comme l’avait du reste noté la ministre de la Santé lorsqu’elle y était passée en visite d’inspection il y a de cela plusieurs mois. Mais depuis lors les choses bougent au pas de caméléon et les populations s’impatientent. Il y a alors de quoi accélérer la finition de ce chantier. 

Foisonnement de centres de coupe et couture dans Bamako : des formations au goût d’inachevé

Les centres de formation en coupe et couture poussent comme des champignons à Bamako et la plupart espèrent une subvention de l’Etat pour fonctionner. Alors qu’en contrepartie, c’est une formation au rabais dont bénéficient les apprenants dont la plupart sont obligés d’aller encore se former à leur sortie dans des ateliers de couture de la place malgré qu’ils aient reçu leur diplôme.  La coupe constitue la principale difficulté et les rend ainsi dépendants d’autres professionnels. C’est donc une formation au goût d’inachevé qui ne permet pas de s’installer ainsi à son propre compte dans le cadre de l’auto-emploi.

 Harcèlement, menaces et tentatives d’intimidation de la presse : après Le Sphinx et Le Pays, c’est autour de La sentinelle.

Après les menaces proférées contre Adama Dramé, directeur de publication du journal Le Sphinx, notre confrère éditorialiste du journal Le Pays était dans le collimateur du pouvoir. Mais avec le tollé qui a accueilli ces menaces et intimidations sur des journalistes pour les empêcher de faire leur travail, d’autres méthodes plus fines sont en train d’être mises en œuvre pour harceler des journalistes qui ne marcheraient pas droit. Et allez demander au directeur de publication du journal La Sentinelle qui se trouve presqu’envahi  aux alentours de son siège lorsqu’il procède à son bouclage et par des gens qui lancent des menaces à la presse en général, comme pour lui dire : « Nous t’avons à l’œil !».