1. Journée de la diaspora malienne de France


Le HCMF éclaire sur la problématique migratoire

La communauté malienne de France se souviendra longtemps de ce samedi 28 octobre 2017, au Palais des Congrès de Montreuil où elle était invitée, pour la première fois, à une journée pour valoriser le migrant, au cours de laquelle les questions culturelles et de développement étaient à l’ordre du jour. Cette journée organisée par le Haut Conseil des Maliens de France (HCMF) en partenariat avec l’Office de radiodiffusion du Mali (ORTM) et l’Agence de relation publique Sésame de Adama N. Diarra, était placée sous le haut patronage du président de l’Assemblée nationale Issiaka Sidibé. Lequel était accompagné des députés Mahamadou Cissé dit Bagagnoa (Kayes), Yaya Sangaré (Yanfolila), Mamadou Lamine Wagué (Banamba) et Modibo Sogoré (Kayes). On notait aussi la présence du Dr Oumar Kéita, ambassadeur-délégué permanent du Mali auprès de l’Unesco, de Souleymane Diarra, conseiller culturel à l’ambassade du Mali en France représentant l’ambassadeur Cheick Mouctary Diarra empêché, de Yacoubou Dembélé, le représentant des Maliens résidents à l’étranger et membre du Conseil économique, social et culturel du Mali, de Hamidou Traoré, conseiller du président du HCME Habib Sylla, d’Oumou Djata Kéita animatrice de l’émission Tamaden , des doyens et chefs de canton de la communauté malienne de France représentés par Lassana Niakaté.

Comme le soulignera Demba Diabira, le président du HCMF dans son discours de bienvenue : «Le but de cette journée est l’information sur le lien entre migration et l’apport de la diaspora dans le développement socio-économique du Mali. La sensibilisation sur les politiques migratoires, le droit des migrants ainsi que les risques liés à l’immigration irrégulière. Offrir un lieu d’échanges interculturels et intergénérationnels et créer un espace de dialogue entre migrants et décideurs politiques». Pour Demba Diabira, il est temps de s’interroger sur les causes profondes de l’émigration et agir en conséquence sur les impacts négatifs de la crise économique actuelle, les politiques migratoires restrictives, les souffrances endurées par les migrants et leurs familles et les violations graves de droits humains dans certains pays de transit, la transformation du Sahara et de la mer méditerranée en cimetières à ciel ouvert. Par contre, le Dr Oumar Kéita a rappelé les statistiques des Nations-unies qui indiquent que «232 millions de migrants - soit 3 % de la population mondiale - vivent à l’étranger» et que globalement la migration est un moteur de croissance et de développement pour les pays d’origine et de destination et c’est ce «visage humain que l’Unesco attribue aux migrants».

Quant au parrain de cette journée, Issiaka Sidibé, président de l’Assemblée nationale, il a, d’abord, évoqué la politique nationale de migration (Ponam) au Mali lancée le 19 mai 2015 avec un ambitieux projet de 120 milliards de francs CFA : «En 2015, plus de 376 jeunes maliens ont trouvés la mort en mer méditerranée, sur la route de l’exil sans compter ceux qui ont péri dans le désert du Sahara. Ces jeunes sont essentiellement originaires de la région de Kayes. Ces drames ont continué les années suivantes en 2016 et 2017. Actuellement, plus de 4 millions de Maliens vivent à l’étranger et transfèrent près de 430 milliards de francs CFA». Ensuite le président de la 3ème institution du Mali Issiaka Sidibé dira que lors de session ordinaire d’octobre en cours de l’Assemblée nationale, la question qui a fait débat, durant 4 heures, est la situation des migrants maliens en Algérie, Libye et Arabie Saoudite. Enfin, il a demandé aux Maliens de France de rester soudés et solidaires : «On est avant tout Malien, avant d’être RPM, Adema ou autres militants politiques. Unis vous serez forts». Et leur a promis d’être présent à la prochaine édition qui sera organisée en France.

Après cette cérémonie d’ouverture quatre conférenciers Me Norbert Tricot, Tiefing Cissoko, Mamoudou Tounkara et Yaya Dianka ont débattu sur le thème « Migration, développement, enjeux et perspectives ». Et la soirée s’est terminée, tard dans la soirée, par l’émission télévisée «Tamaden» d’Oumou Djata Kéita qui a mobilisé plusieurs artistes de la diaspora : Cheick Tidiane Seck, Mah Damba, Oumou Kouyaté, Mamani Kéita, Mama Toumani Koné, Mamedy Sira Toya, Mory Kanté, Souley Kanté, Dalla Diallo, Dogomani Dagnon, Niama Tounkara …

 

Ely Dicko