QUAND LA JUSTICE MALIENNE SE REND COMPLICE DE… DETOURNEMENT DE FEMME


Les non-dits du scandale : le marabout, un proche du pouvoir en place !

Elle est décidément tombée très bas. Il s’agit bien de la justice malienne ce, au regard de ce qu’il convient qualifier de bourde du Procureur de la Commune IV dans l’affaire de… la femme d’autrui.

D’abord quelques certitudes : la dame Mariam KEÏTA est bien l’épouse légale de Karim TRAORE. En font foi, les documents du mariage civil (voir fac-similés). L’union officielle a été célébrée le 13 Octobre 2017 au Centre d’Etat Civil Secondaire de l’Hippodrome. Et ce ne sont, non plus, les témoins qui manquent ! 

 
Farce reste à la justice malienne

Il s’avère que les époux (Monsieur et Madame), sur ordre de Dramane Diarra, Procureur du Tribunal de Commune IV se trouvent actuellement en détention, respectivement à la Maison centrale d’arrêt et à la Prison pour femmes et enfants de Bollé. Tenez-vous bien, pour adultère. Au lieu de «Bigamie», notre très Puissant Procureur, représentant de Dieu sur terre, a requalifié les faits en «adultère».  
Les époux ont en effet été convoqués par ledit Procureur le mardi 24 Octobre 2017. Et nonobstant la présentation de preuves irréfutables de leur union officielle l’époux a d’abord été conduit à la Brigade Territoriale de Bamako pour être entendu sur Procès-verbal et il a passé une nuit avec son épouse dans cette Brigade.
Le lendemain, mercredi, ils ont été présentés au parquet et le même Procureur a rejeté en bloc les preuves de mariages et a même qualifié d’adultères leur union.
Pis ! Il a menacé de procéder à annulation de leur acte de mariage sous peine d’emprisonnement non seulement des époux mais également de leur parents ainsi que l’Officier d’Etat Civil qui a célébré ledit mariage ! Le comble !

Et séance tenante, il a ordonné à la dame Mariam KEÏTA de partir avec l’autre partie, à savoir le marabout Moulaye HAÏDARA lequel n’est autre que son amant.

De Moulaye Haïdara, parlons justement !  Dans le procès-verbal de constat rédigé par le cabinet de Me Allaye Tembely, il (Moulaye Haïdara) reconnait les faits et affirme que la question a été définitivement tranchée par le Procureur de la République près du Tribunal de Grande Instance de la Commune IV de Bamako.

Joint par téléphone, le Procureur Dramane Diarra en question reconnait à son tour avoir non seulement avoir ordonné à la dame de partir avec le Sieur Moulaye Haïdara, mais aussi, à ce dernier (Sieur HAÏDARA) de faire entrer la dame Mariam à l’intérieur de la Chambre». Depuis quand, soit dit en passant, un procureur s’invite dans un lit conjugal ? Sous d’autres cieux, cette attitude serait assimilée à un acte de proxénétisme avec circonstances aggravantes puisqu’émanant d’une autorité judiciaire.
Mais pourquoi diable, ce marabout estime-t-il avoir un droit sur une femme légalement mariée ?

 Justicier ou proxénète ?

Il s’avère que la demoiselle Mariam Keïta (ne pas confondre avec la dame Mariam Keïta pour raison de statut matrimonial) a passé quelques temps avec ledit marabout, avant de rompre pour se marier légalement avec le sieur Karim, médecin de son état. Mais notre marabout qui s’est fortement entiché de la demoiselle n’a pas voulu lâcher prise nonobstant l’union officielle et sacrée du nouveau couple. Il harcela la femme pendant plusieurs mois. Excédé, le couple décida alors de porter plainte contre lui au parquet de la commune I.

Et c’est alors qu’il (le couple Keïta) se trouvait dans le bureau d’un substitut de cette commune pour raison de plainte que des Gardes du parquet de la commune 4, firent irruption avec un mandat d’amener. Les Gardes intimèrent même ordre à Madame le Substitut de leur remettre le couple. Ce qu’elle fit sous la contrainte. On connait la suite.
C’est dire, soit dit en passant, que le Procureur de la Commune IV n’a eu le moindre égard envers sa consœur de la Commune I. De quoi faire méditer les défenseurs du Sieur Dramane Diarra lequel aura été le premier à fouler au pied les principes sacro-saints de la confraternité. Mérite-t-il leur compassion et respect ? A eux de juger !

Un marabout pas comme les autres

En attendant et de sources généralement bien informées, l’on apprend que le sieur Moulaye Haïdara n’est pas n’importe qui. Et non plus un simple marabout. Il est attitré. Très proche de gouvernants haut perchés, il est. Ceci explique-t-il cela ? Assurément, en tout cas, au regard des graves entorses à la procédure et surtout de l’obstination d’un parquet et surtout justicier ne jouissant nullement de préjugés favorables auprès des justiciables. En clair, le parquet de la Commune IV n’a pas bonne réputation. C’est ici en effet que l’on recense les plus gros scandales de la République. Avis donc aux citoyens : évitez ce parquet comme la peste ! Il empeste en effet !

En attendant, signalons que le Collectif pour la défense de la République (CDR) à sa tête le virevoltant et le bouillant Ras-Bath, défenseur de la veuve et de l’Orphelin a saisi le Procureur Général près la Cour d’Appel aux fins de radiation du magistrat pour faute grave. Si cela advenait, personne ne criera au scandale.

Batomah Sissoko