QUI SOUTENIR EN 2018 ?

Mahamoud Dicko (HCIM) tranche :   Le candidat du Chérif de Nioro… Mais tous sauf IBK !

 


«Les Musulmans maliens se doivent de retenir une seule chose : la voie tracée par le Chérif de Nioro sera la nôtre», dixit, Mahamoud Dicko, Président du Haut Conseil Islamique (HCIM). Une déclaration qui ressemble à tout point de vue à un mot d’ordre dans la perspective du scrutin présidentiel de 2018 et excluant de facto la candidature du président sortant ! 

 L’Imam était, courant semaine dernière, sur la Radio islamique en synchronisation avec la station MANDJOURA – WAGADOU couvrant de très nombreuses localités de l’intérieur. Voici l’essentiel de son message adressé à la Umah (communauté musulmane) malienne. 

Mahamoud Dicko :

La décision revient au Chérif de Nioro !

«A l’état actuel des choses, nous nous en remettons au Chérif [de Nioro]. Nous suivrons ses instructions à la lettre. Qu’il nous montre juste la voie à suivre. Point de détails inutiles ! Les Musulmans maliens se doivent seulement de retenir une seule chose : la voie tracée par le Chérif de Nioro sera la nôtre ! Pas question pour nous, même d’approcher quelque chose qu’il abhorre !».

A la suite de Mahamoud Dicko sur les mêmes ondes, son Porte-Parole, Issa Kaou Djim, précisa :

Issa Kaou Djim, Porte-Parole :

«Nous ne servirons plus de fusible à quelqu’un !»

«Le Mali n’appartient pas à IBK. Ce sont les rênes du pouvoir qui lui ont été juste confiées. Les Musulmans maliens doivent-ils le soutenir comme ils l’ont fait lors des précédentes échéances présidentielles ? Le respectable Mahamoud Dicko dont je suis le Porte-Parole est clair sur la question : les Musulmans du Mali sont tous invités à suivre la voie tracée par le Chérif de Nioro et nulle autre ! L’imam Mahamoud Dicko et le Chérif de Nioro sont désormais sur la même longueur d’ondes».

Et nul besoin de crier au scandale, d’inciter au trouble ou la violence… Les Musulmans maliens ne serviront de fusible à personne ! Ils suivront désormais le candidat ayant pour eux, le meilleur profil susceptible de ramener la paix et la quiétude dans le pays. Pour ce faire, ils s’en tiennent à l’éclairage et aux directives du Chérif de Nioro du Sahel…

En attendant et dans un avenir proche, l’Imam Dicko lancera un vibrant appel à tous les Musulmans, à tous leaders, tous citoyens maliens de l’extérieur comme de l’extérieur… ».

Tous sauf IBK – T.S.I

«A l’état actuel des choses, nous nous en remettons au Chérif (…) Pas question pour nous, même d’approcher quelque chose qu’il abhorre !» ! Tels sont les propos de l’Imam Dicko !

Ces déclarations nous amènent fort logiquement à nous interroger sur l’état des relations du Chérif avec IBK.

Au mieux de janvier 2017, l’Homme fort de Nioro a tout simplement refusé un luxueux cadeau d’IBK, à savoir, une Mercedes Brabus année 2016. Le véhicule a été convoyé jusqu’à Nioro par le Fiston national, Karim Kéita en personne. Mais le leader religieux ne s’est pas contenté de rejeter le présent. Il a profité de l’occasion pour se faire entendre du charitable donateur : «Au lieu de s’occuper de moi, qu’il [IBK] se préoccupe plutôt de la fin de son règne», a-t-il froidement lancé à l’émissaire.

Et au mois de Juillet 2017, le même Chérif s’engagea clairement aux côtés des partisans du «Non» dans le débat portant sur le projet de révision constitutionnelle. Le message ainsi envoyé à IBK était, on ne peut plus clair. Il s’avérait d’ailleurs annonciateur de la décision qui prévaut aujourd’hui.

Mais qu’est-ce qui a bien pu changer le Chérif à ce point ? Lui qui entretenait de si bonnes relations avec IBK, celui-là même qui, à l’orée de la présidentielle de 2013, lançait fièrement : «Si le Cherif me demande de me retirer de la course présidentielle, je n’hésiterai pas un seul instant !». Quelle belle preuve de confiance et de soumission !

En retour, le Chérif engagea de gros moyens (argents, ressources humaines, engins, bénédictions), pour sa victoire en 2013.

Mais comment diable les deux hommes en sont aujourd’hui arrivés à se regarder en chiens de faïence ? Tout simplement parce que le Chérif s’est estimé trahi. Aux dires de ses proches, IBK une fois élu, n’a pas tenu ses engagements. Et pis, il s’en est même pris aux protégés du Chérif à l’image des cadres et militants de l’ADP-Maliba lesquels firent contraints de quitter la mouvance présidentielle en destination de l’Opposition politique.

Presqu’au même moment, l’Allié spirituel voire politique du Chérif subissait lui aussi les caprices du même personnage. Pour avoir rendu visite à ATT à Dakar, Mahamoud Dicko, puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’est vu retirer le véhicule de luxe qu’IBK venait de lui faire cadeau. C’est parce que l’Imam ne manquait non plus de lui rappeler ses engagements (non-tenus) à l’endroit de la communauté musulmane. Bref, les relations entre Mahamoud Dicko et le Chérif se renforçaient à mesure que se détérioraient celles d’avec IBK qu’ils ont pourtant tous deux soutenus et renforcé avant et au début de son premier quinquennat.

Autant dire que le Président sortant ne bénéficiera nullement de leurs bénédictions lors des prochaines consultations électorales. «Les Musulmans maliens ne serviront de fusible à personne ! », a insisté le Porte-parole du HCIM non sans faire allusion à IBK. La couleur est donc annoncée !

Et comme pour anticiper sur la réaction du Haut Conseil Islamique, le probable candidat à sa propre succession a entrepris des opérations de charme à l’endroit de l’autre leader religieux, à savoir, Chérif Ousmane Madani Haïdara. Faudra alors s’attendre à la guerre des Chérifs ?

Batomah Sissoko