Bourdonnement dans la Ruche

Des Abeilles s’envolent à Sikasso, la Reine-mère s’étourdit à Bamako

 

Nouvelle offre politique, NOP, tel est l’intitulé  du document produit par la Commission Moustapha Dicko. Du nom de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, cette commission a travaillé sur la base des recommandations de la 15ème Conférence nationale du parti tenue le 25 mars 2017, et de la déclaration  issue de la retraite politique du 22 juillet dernier. On le sait, cette déclaration annonçait l’élaboration justement d’une Nouvelle offre politique, NOP. La semaine dernière, après maintes réunions et consultations au sein de la direction du parti qu’est le  Comité Exécutif, le document fut finalement adopté presqu’à l’unanimité.

En tout cas, rapporte-t-on, si l’option d’une candidature du parti à l’élection présidentielle de 2018 semblait prendre le dessus, force est de constater que l’on a décidé également d’enrichir  les discussions, les débats, sur cette question essentielle. Bref, au siège de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice, Adéma-Pasj ou la Ruche symbolisant l’antre des Abeilles (sigle bien choisi), ça commence à bourdonner.

Après le dépôt du document de la Commission Moustapha Dicko, des militants et responsables du parti de l’Abeille solitaire se manifestèrent à Sikasso le samedi dernier. Ils avaient à leurs côtés sinon avec eux des militants du milieu associatif. Dans  un stade archicomble, ils portèrent leur choix sur le natif du coin, Kalifa Sanogo, non moins, maire de la Commune urbaine, en vue de l’élection présidentielle de 2018. La nouvelle a fait un tollé dans le landerneau politique malien, surtout du côté de Bamako-Coura.

Dans la Ruche, les bourdonnements sont allés crescendo. La Reine-mère a aussitôt réagi en battant des ailes. Un communiqué mielleux est diffusé pour s’éloigner de cette  initiative qualifiée au passage de cavalière. Des « Abeilles », regroupées au sein de SOS-Adéma se démarquèrent très rapidement en condamnant le fait même d’avoir leur nom associé à l’évènement.

En tout cas, les dés semblent jetés à Sikasso. Difficile de penser que Kalifa Sanogo renoncerait à se présenter à la prochaine présidentielle. Le parti est apparemment mis devant  le fait accompli. Irait-il jusqu’à s’opposer une telle éventualité ? Kalifa Sanogo s’exposerait il à une sanction disciplinaire ? Ce qui serait une injustice puisqu’il se dit prêt à être candidat à la candidature de l’Adéma-Pasj.

Dans la Ruche, l’on susurre qu’un appel à candidature se fera incessamment. Mais dans ce contexte, Sanogo n’aurait plus besoin de défoncer une porte déjà ouverte. Une porte par laquelle s’engouffrera,  sans nul doute, un jeune du parti aux dents longues, candidat malheureux à la dernière présidentielle, Dramane Dembélé, pour ne pas le nommer. Il avait fait un score plus qu’honorable en terminant 3ème. Son soutien,  jugé un peu trop prématuré,  au candidat du RPM, permit à ce dernier à remporter le scrutin au second tour face Soumaila Cissé de l’URD.
Restera alors le cas Dioncounda Traoré, ancien Président de la Transition. Officiellement, il n’a pas encore dévoilé ses intentions. Des intimes assurent qu’il ne se lancerait jamais. Mais,  ses divers voyages et déplacements à l’intérieur du pays, avec les multiples parrainages d’activités socio-culturelles, font croire le contraire.

Ce que l’on sait aussi, c’est qu’une pétition en sa faveur a été lancée, il y a des mois. La pétition a circulé dans la Ruche, d’abord sous les manteaux, puis dans les structures de base sans qu’un communiqué officiel vienne clarifier les choses. La Reine-mère serait-elle alors dépassée par la tournure des événements ?

A.D