DEMISSION SURPRISE DU MINISTRE DE LA JUSTICE SUIVIE DE SON REMPLACEMENT EN CATIMINI PAR UN PROCHE…

Encore un autre de «Ma Famille d’Abord»…, le Mali à Bâbord !


30 minutes ! C’est le temps qu’il a fallu pour trouver remplaçant au démissionnaire Konaté ce lundi 27 Novembre. Tout s’est joué à Sébénikoro en famille entre le Président IBK, son Premier Ministre, Madame la maîtresse des céans et bien entendu, notre invisible radar sur les lieux. L’on devine aisément les raisons de cette précipitation. 

 «Est-ce que tu connais quelqu’un ? ». C’est la question posée par IBK à son premier Ministre qui venait là de l’informer de la démission surprise du ministre de la justice quelques minutes auparavant.
Bien entendu, le Premier Ministre connaissait quelqu’un. Il s’appelle Hamidou Younoussa Maïga, un retraité de 63. Le temps juste de l’appeler.
Et quelques minutes après l’appel, l’intéressé confirma sa disponibilité. Son décret de nomination fut signé dans les minutes qui ont suivi. Et un flash spécial sur l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) couronna le processus. 30 mn chrono ! Et nul moment il n’a été question de négocier. C’est dire que la démission en question l’a véritablement irrité. Il estime avoir été, une fois de plus trahi et cette fois-ci par son avocat-maison. 
L’appelé n’est pas n’importe qui. Hamidou Younoussa Maïga est en effet un magistrat à la retraite. Ancien juge de Bougouni, Il a siégé au TPI (Tribunal Pénal International) au Rwanda à Arusha. Il occupa ensuite le poste d’inspecteur en chef des services judiciaires.  
Il nous revient qu’il était tête de liste du RPM pour les élections régionales (Gao) avortées Gao. Une candidature cependant contestée pour être celle du Premier Ministre dans la Cité des Askia.
Tout cela est bien beau. Ce qu’on ne dit cependant pas, c’est que le nouveau Ministre est à la fois un proche et du Premier Ministre et de Madame la première-Dame (les deux étant eux-mêmes, parents). C’est justement la raison pour laquelle Madame, la Maîtresse des Céans a approuvé la décision et qu’IBK n’a, par conséquent, vu le moindre inconvénient.
En fait l’actuel Garde des Sceaux n’est autre que le cousin du Premier ministre et de la Première dame.
En récapitulant, l’on constate que les trois décideurs présents sur les lieux sont de «la famille».  S’y ajoute désormais un autre au poste très sensible de la justice, sans compter les anciens tous détenant des portefeuilles stratégiques de la République. La boucle semble maintenant bouclée. «Ma Famille d’Abord» et le Mali à bâbord     

Batomah Sissoko