Crise du football Malien

La situation s’empire


 

La grande marche programmée hier mardi par le collectif des 13 clubs de ligue 1, de l’union nationale  des footballeurs en activité et les parents des joueurs a été dispersée par les forces de l’ordre. 

Le vendredi dernier, Bissy Sangaré  président de la commission d’organisation de la marche du collectif était face aux journalistes pour un point presse. Cette rencontre avec les hommes des médias qui s’est tenue dans la salle de conférence du terrain de l’AS Real de Bamako avait comme seul ordre du jour,  la grande marche qu’allait organiser le collectif des supporters des 13 clubs de ligue 1, les équipes de ligue 2, l’union nationale des footballeurs en activité, et des parents des joueurs ce mardi 5 décembre 2017 contre les mauvaises pratiques du ministre des Sports, et demander sa démission.

Regroupés en très grand nombre ce mardi matin avec l’intention de marcher vers le ministère des Sports pour demander au Ministre des Sports Housseny Amion Guindo de démissionner, les manifestants ont été dispersés par les forces de l’ordre avec des gaz lacrymogènes, signalant que leur marche n’était pas autorisée.  Pourtant, au dire d’un responsable du collectif, la demande d’autorisation avait bien été adressée aux autorités. D’ailleurs, Sangaré l’avait signalé au cours du point presse qu’il a animé vendredi dernier. Dans la même lancée, ce mardi matin, le Directeur national des sports a animé lui aussi une conférence de presse pour informer les hommes des médias sur la mise en place d’un comité de normalisation autorisé par la FIFA. Malheureusement personne n’a vu cette autorisation de la FIFA tant commentée par le Directeur. Le Secrétaire Général de la Femafoot qui est censé être le mieux indiqué pour recevoir une correspondance de l’instance suprême du football mondial, non plus.

Comme le disent nos amis Anglais : wait and see

 

M.N