REBONDISSEMENT DANS L’AFFAIRE DE LA FEMAFOOT
La Fifa rejette le protocole d’accord… Pas d’A.G extraordinaire ni de comité de normalisation !

Aux yeux de la Fifa, le protocole d'accord signé le 27 avril entre les parties prenantes de la crise du football malien est nul et de nul effet. Boubacar Baba Diarra poursuit son mandat jusqu’à terme. Un point, c’est tout !

Dans une correspondance en date du 04 mai dernier adressée au président de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra, la Fifa informe en effet que le protocole d’accord du 27 avril 2017 est sans objet. La correspondance de l’instance mondiale fait suite à celle du président du C.E de la Femafoot en date du 3 mai dernier, relative à la tenue d'une Assemblée générale extraordinaire, à l'effet de mise en place d'un Comité de normalisation prévue pour le 12 juin prochain. «Conformément au protocole d'accord signé le 27 avril entre le Comité exécutif de la Femafoot et un Collectif de clubs et Ligues, une Assemblée générale doit être convoquée le 12 juin à l'effet de mettre en place un Comité de normalisation sous la supervision de la Fifa», peut-on lire dans le communiqué qui a sanctionné la signature dudit protocole.

Seulement 24 heures après réception du courrier, le Secrétariat général de la Fifa a précisé en ces termes que ledit protocole ne l’engage nullement : «La Fifa n’étant pas partie prenante de ce protocole d’accord, ne se sent en aucune manière liée aux résolutions prises» indique la secrétaire générale Fatma Samoura. Et elle apporte des arguments pour le moins pertinents justifiant sa décision (lire correspondance).

Puisque le protocole d’accord en question est sans valeur aux yeux de la Fifa, c’est que Boubacar Baba Diarra et son équipe continuent paisiblement leur mandat.

Un véritable camouflet pour le ministre des Sports à l’origine de la dissolution de la Femafoot suivie de la suspension du Mali. Le mérite du médiateur, à savoir le Ministre Porte-parole du Gouvernement, demeure cependant dans la mesure où ce dernier a au moins permis de lever la suspension de la Fifa et de faire participer nos cadets à la Coupe d’Afrique des Nation 2017 au Gabon où ils sont désormais sûrs de monter sur le podium parce que finalistes de la compétition.

Batomah Sissoko

 

LA LETTRE DE LA FIFA

Zurich le 04 Mai 2017


SG/vm

Votre courrier du 03 courant

Monsieur le Président

Nous accusons réception de votre courrier susmentionné dans lequel vous nous informer du protocole d’accord signé le 27 avril entre le comité Exécutif de la FEMAFOOT, un collectif de clubs et les ligues.

Selon ce protocole, il aurait été convenu de fixer la date de l’Assemblée Générale au 02 juin 2017 et de mettre en place un comité de normalisation sous la supervision de la FIFA ;

A ce sujet, nous devrons cependant vous informer de ce qui suit : la FIFA n’étant pas partie prenante de protocole d’accord, ne se sent en aucune manière liée aux résolutions prises pour des raisons suivantes :

Une assemblée Générale ne peut se tenir et aboutir à des décisions valides que si elle est convoquée et réunie conformément aux statuts applicables de la FEMAFOOT (statuts 27ss de la FEMAFOOT). Tel ne semble pas être le cas. 
Conformément à l’article 8 al.2 de la FEMAFOOT, remplacer un comité exécutif élu par une commission de normalisation est une mesure exceptionnelle qui relève du pouvoir exclusif de la FIFA. Une telle décision ne peut être prise sans que la FIFA ait au préalable constaté que les conditions de son application sont réunies. Or, il apparait dans le cas présent, les circonstances présentes ne sont pas telles qu’elles justifient le remplacement du comité exécutif actuel par un comité de normalisation à 6 mois de la fin de son mandat.

En vous remerciant de prendre note de ce qui précède et du calme retrouvé au sein de la famille du football malien, veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes respectueuses salutations.

Signé

FATMA SAMOURA

Secrétaire Général