MENACES SUR LA FINALE DE LA COUPE DU MALI DE FOOTBALL

Le faux-jeu d’IBK risque de gâcher la fête

Si le président de la République ne se décide pas à mettre un coup d’arrêt à l’anarchie qui s’installe de plus en plus au niveau du football, il devra un jour regretter d’avoir laissé son ministre des Sports mettre le feu aux poudres car il n’y a rien de plus menaçant pour un régime que ce qui se trame en vue de la finale de la Coupe du Mali.

Si le président IBK ne peut pas trouver une issue heureuse à la crise du football que son ministre des Sports renouvelle à chaque fois qu’une solution est trouvée, il y a de quoi se demander s’il a encore un tantinet de pouvoir pour donner des instructions fermes aux membres de son Gouvernement.

L’on se rappelle qu’on a failli vivre la même situation au niveau de la Fédération malienne de football lors de l’Assemblée générale de Mopti qui a vu l’élection de feu Hamadoun Kola Cissé à la tête de la structure fédérale, mais le président de la République d’alors, Amadou Toumani Touré, avait su faire preuve de fermeté et se faisait obéir par son ministre des Sports pour trouver très rapidement une solution qui a évité la crise ouverte au niveau du football.

Mais avec IBK cela dure et perdure alors que l’assemblée générale du 8 octobre était une bonne occasion pour sortir de cette situation qui n’honore pas notre pays et les résultats du football s’en ressentent.

Mais voilà qu’à la veille de la 57ème édition de la finale de la Coupe du Mali, prévue ce samedi, le feu couve sous la cendre et la menace plane même sur la personne du chef de l’Etat en cas de présence au stade, avec les menaces brandies par le groupe de Salaha Baby de ne pas laisser l’actuel bureau fédéral recevoir IBK sur la main courante.

La riposte du Comité exécutif de la Fémafoot n’a pas tardé et des clubs fidèles au groupe de Bavieux se sont réunis pour ensuite mettre en garde les éventuels fauteurs de troubles.

De son côté, le ministre des Sports, en matière des préparatifs, se distingue par son rétro pédalage qui n’augure rien de bon. Au contraire, il reste dans sa logique de tout bloquer pour faire croire à une crise profonde du football et finalement installer un comité de normalisation. 

Actuellement, tout le monde se demande si Poulo, le ministre des Sports, cherche vraiment la paix et la stabilité pour IBK en agissant comme il le fait car même s’il avait raison les intérêts de celui qu’il sert, notamment le président de la République, devaient prévaloir. Mais en mettant de l’huile sur le feu, l’on se demande vraiment ce qu’il cherche finalement.

De toute façon, la vigilance est de mise et IBK doit très bien faire attention car la situation est assez délicate pour lui. En effet, avec l’affaire de la disparation du journaliste Birama Touré qui a mis les familles fondatrices de Bamako sur leurs dents, s’il faut y ajouter une autre de leur colère à cause de l’humiliation d’un de leurs fils,  Bavieux Touré.
Que cherchent des cadres tapis au sein du ministère des Sports ? Cela risque de chauffer pour la Présidentielle de 2018 qui approche à pas de géants.

N.S.