Dr. MADOU DIALLO (OPPOSITION POLITIQUE) ADMIS AU CONCOURS DE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DE L’ENA

IBK l’écarte et nomme un de ses cousins Keïta n’ayant même pas postulé


Les Opposants politiques d’IBK n’ont aucune chance d’occuper des postes sous IBK. La preuve. 
En remplacement de Fousseyni Samaké admis à la retraite, la Primature a procédé à un appel à candidature en vue de pourvoir le poste de Directeur de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA). La date limite de dépôt des candidatures était initialement prévue pour le 31 janvier 2017.

Les organisateurs dudit concours ont reçu seulement trois dossiers de candidature dont celui du Dr Yaya Gologo (Fils de son père), ancien Directeur de la Fonction Publique et du Dr Madou Diallo, ancien secrétaire Général de l’Assemblée Nationale et non moins président des Jeunes de  l’URD, parti du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé.

Après épreuves et corrections, la commission de dépouillement composée de hauts cadres de l’Etat soit dit en passant, a retenu la candidature du Dr Madou Diallo et avant la proclamation officielle des résultats, a transmis le dossier au Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta.

Et à la surprise générale, IBK a, de manière unilatérale, annulé le résultat et procédé à la nomination d’une autre personne répondant au nom d’Amadou Keïta (un cousin de par le nom de famille). Il s’avère que l’heureux élu n’a même pas postulé. L’on ne sait donc les critères ayant prévalu à sa nomination.

En la matière, le premier résultat dudit concours pouvait, pour des raisons purement stratégiques, être annulé. Il aurait donc fallu en organiser un autre. Et si c’est la tête de Madou Diallo qui posait problème, IBK avait la latitude de faire choisir le deuxième du concours, à savoir Yaya Gologo. Mais non, il fit éliminer les deux et procéda lui-même à sa propre nomination. Il s’avère pourtant que c’est une loi qui institue l’organisation d’un concours en vue de pourvoir le poste de Directeur de l’ENA. Mais IBK n’en a cure !

Selon toute évidence, il ne voulait ni de Madou Diallo ni de Yaya Gologo. Signalons que le premier appartient au corps des conseillers des affaires étrangères et que depuis son limogeage au poste de Secrétaire général de l’Assemblée Nationale il y a de cela 15 mois, il n’a été affecté à un autre poste. Mais puisque fonctionnaire d’Etat, il perçoit son salaire mensuel…, à ne rien faire ! Quel gâchis !

Batomah Sissoko