FEMAFOOT : LA FIFA TRANCHE POUR UN COMITÉ DE NORMALISATION, MAIS…

Djadjadjahh, ils avaient menti !

Une, ou du moins, trois certitudes. Primo : la Fifa décide de la mise en place d’un Comité de normalisation. Secundo : la décision remonte seulement au 20 décembre dernier contrairement aux déclarations du Ministère des Sports et tertio : c’est le Secrétariat Général de la Femafoot et non le département de tutelle qui assurera l’intérim jusqu’à la mise en place du nouveau bureau et ce, au grand dam de Poulo lequel espérait prendre le contrôle de la structure. Un échec donc !

C’est en effet dans une correspondance en date du 20 décembre 2017, adressée au Secrétaire Général de la Femafoot, que la Fifa annonce la mise en place d’un Comité de normalisation (Conor). Ladite commission sera installée les 9 et 10 Janvier 2018 pour une durée de 3 mois.

Rappelons qu’à la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée le dimanche 25 Novembre 2017, au Stade Ouenzzin Coulibaly, le directeur national des Sports et de l’Education physique (Dnrsp), le sieur Ibrahima Fomba a publiquement annoncé la mise en place par la Fifa du fameux Comité. Une vraie fausse information démentie par le Secrétaire Général de la Femafoot. Et c’est à ce dernier que l’histoire vient de donner raison : la décision de la Fifa ne date que d’avant-hier, mercredi 20 décembre 2017 pendant que l’annonce officielle a été faite par le directeur national des Sports depuis le 25 novembre de la même année.  En somme, M. Fomba (Dnsep) avait dit des contrevérités au moment des faits.

Aussi, selon la Fifa, la structure aura pour missions de «gérer les affaires courantes de la Femafoot, réviser si nécessaire les statuts et assurer leur conformité avec les statuts et exigences de la Fifa, réviser si nécessaires les statuts des ligues régionales ; identifier les délégués légitimes à l’Assemblée Générale de la Femafoot, organiser l’élection d’un nouveau comité exécutif».

C’est dire tout simplement que la formule du Ministère malien des Sports n’a pas été retenue, elle qui consistait à y installer une administration provisoire sous son contrôle. La note de la Fifa le précise d’ailleurs en ces termes : «mandat est donné au Secrétaire Général de la Femafoot de gérer les affaires courantes».

Aussi, ajoute l’organisation faitière internationale, «le CONOR se composera d’un nombre opportun de membres qui seront désignés par une mission conjointe de la Fifa et de la Caf. Tous les membres du comité de normalisation seront tenus de se soumettre à un contrôle d’éligibilité mené par la commission de contrôle de la Fifa».

En termes clairs, Poulo et son staff ne seront nullement impliqués dans l’organisation de l’élection du nouveau bureau de la Femafoot, une mission qui revient au Secrétariat Général de la Femafoot, à la Caf et à la Fifa. Une autre source de déception pour les prétentieux !

Par rapport à l’audit des comptes de la Femafoot, la Fifa ne précise aucune date. Sa prescription se limite à ceci : «Un audit judiciaire des comptes de la Femafoot sera mené à bien dès que possible». Et du coup, elle (la Fifa suspend ses décaissements en faveur du CONOR : «Durant la période passée sous l’égide du comité de normalisation, tout financement devant être versé à la Femafoot sera bloqué à l’exception des fonds visant à couvrir les coûts opérationnels».

En résumé, il s’agit d’une grosse déception pour le Ministère des Sports qui espérait non seulement mettre en place un comité de normalisation sous son propre joug, en contrôler les ressources et aussi, organiser le scrutin à l’issue duquel il aurait été amené à mettre en place ses propres hommes. Il vient d’être visiblement pris à contrepied par la Fifa. En football, on appelle cela un dribble parfait !  

Batomah Sissoko