Affaire de l’achat d’immeuble de Karim Keita à Dubai

 
Pourquoi Confidentiel Afrique a démenti ?

 


L’affaire avait grand bruit à sa publication sur le site de confidentielafrique.com un « journal numérique panafricain indépendant qui traite exclusivement l’information de première main, pas à la portée du grand ou intermédiaire public en général. » (sic) ainsi que se présente la publication, elle-même, sur son site internet!  Il arrive que des journalistes se trompent. Après tout nous ne sommes pas infaillibles.
Mais attendre trois mois pour rectifier une information qui mettait en cause la dignité et l’honneur d’un tiers au demeurant qui n’est pas n’importe qui, il y a des choses à comprendre que « Le Sphinx » vous livre.
Le 4 novembre 2016 Confidentielafrique.com mettait en ligne un article intitulé : « Exclusif- Mali : Le Fils du Président Ibrahim Boubacar Keita, Karim Keita Alias Katio se paye un immeuble de luxe à Dubai pour 4,5 milliards de FCFA ». Presque trois mois après,  soit le vendredi 27 janvier 2017 à 17H26 exactement, notre très estimé confrère, Ismaila Aidara, non moins Directeur éditorial se fendait d’une note de l’éditeur avec en sous-titre « Présentation d’excuses à Monsieur Karim Keita ». On peut lire ceci en guise d’explication : « Quand l’article de Rudy Olivier, Grand Reporter et Senior Editor à Confidentiel Afrique est tombé dans le serveur de la plateforme […] nous étions le 4 novembre 2016. Exactement il faisait 21 h 30 mn. Le Directeur Editorial […] prit le soin d’interpeller l’auteur de l’article, […] de nous transmettre sous huitaine, les preuves matérielles (documents d’actes notariaux ou virement bancaire attestant l’achat de l’immeuble en question. »
Il est vrai l’article était une bombe. Aucun responsable d’édition ne pouvait publier une telle information sans s’assurer du minimum de preuve. Ce qui a été fait, malgré tout. L’article a-t-il été supprimé après ce délai de huit jours sans preuve ? Que nenni. . Pour un journal dont   originalité réside dans le fait de « fournir […] des informations à la fois exclusives et fiables » (re sic), cela ne fait pas sérieux du tout.  Toutefois on constatera que c’est trois mois après que les excuses plates sont formulées sans aucune autre forme de procédure.
« Le Sphinx » observe qu’Ismaila Aidara,  le Directeur éditorial,  était récemment à Bamako dans le cadre du Sommet Afrique France. Il a été introduit auprès de Karim Kéita par un pseudo-journaliste sénégalais qui se réclamait aussi conseiller de d’un autre Karim, Wade celui-là. Nous ne présageons de rien en tout cas.
Ce même confrère Soumaila Aidara et non Ismaël -qu’il trouve plus moderne-, entré dans la profession après des cours par correspondance à UNIECO-formation, a fait le tour des rédactions de Dakar où il reste connu mais pas toujours de la bonne manière. Il nous revient que notre excellent confrère Saouti Haidara l’avait chassé de son journal lorsqu’il était à Dakar
A Bamako, Soumaila Aidara est beaucoup plus connu comme membre de la cour de Cessé Koné.   
A-t-il été sensible aux faveurs de son mis en cause, le nommé Karim Keita, connu dans les milieux courtisans pour ses largesses ? Nous avons essayé d’entrer en contact avec le confrère pour savoir comment expliquer le délai de trois mois pour s’excuser, d’avoir le contact de « l’auteur » Rudy Olivier de l’article qui aurait été licencié.
On remarquera que la première publication des excuses est faite sur la page Facebook de Karim Keita, deux heures avant que la rédaction de Confidentielafrique.com ne mette en ligne la fameuse note de l’éditeur. Allez savoir ! Pour l’heure c’est mystère et boule de gomme ou devrait-on dire liasses de billets ?


LA REDACTION