FEMAFOOT : LES CONTRE-VÉRITÉS ET ERREMENTS DE POULO
Faux ! La décision de dissolution n’est pas un acte gouvernemental…















«Monsieur le Ministre, prenez donc vos responsabilités !» Ce sont bien les propos adressés et par le Président de la République et par le Premier Ministre à Poulo. En clair, nulle part, il ne lui a été instruit ni de dissoudre le C.E de la FEMAFOOT, ni poser des scellés encore moins bloquer les comptes bancaires de celle-ci. Et malheureusement, l’homme continue à faire cavalier seul et à exposer inutilement tout un pays. La preuve par ses nouveaux errements.

Avec le recul et la tournure que prennent désormais les événements, les langues commencent à se délier. De sources bien introduites, le Ministre des Sports n’a reçu la moindre instruction de la hiérarchie. C’est sur la seule base de sa lecture de la situation qui prévalait au sein de la FEMAFOOT, que le Président de la République ainsi que le Premier Ministre l’ont invité à «prendre ses responsabilités». Ces derniers (le Président et son P.M) lui ont donc fait confiance convaincus qu’il est dans son bon droit. Ils n’ont cependant donné la moindre instruction.

Pour tout dire, la décision relative à la dissolution du C.E de la FEMAFOOT et celles ultérieures, émanent de lui et de lui seul. La preuve, c’est par lui que celle de la dissolution est signée et non par le Conseil des Ministres.

Le Ministre Bathily lui remonte les bretelles

Poulo est en train de payer son entêtement car lâcher pratiquement par tout le monde, personne ne voulant être responsable en même temps que lui de la suspension de notre Foot par la FIFA…

En effet, au sein du gouvernement, la décision de dissolution de la FEMAFOOT ne fait plus l’unanimité et le ministre Bathily, très balaise parce que connaissant au mieux le droit du sport que quiconque dans l’attelage gouvernemental, a remonté les bretelles à Poulo.

Aussi, il (Poulo) a engagé un avocat Suisse sans avoir été autorisé par le Gouvernement qui, en la matière, gère la question avec le Contentieux de l’Etat. Il doit alors se débrouiller seul pour payer les honoraires de son Conseil puisqu’officiellement, il n’est pas celui du Gouvernement malien. A moins que Sidy Diallo qui s’active inutilement n’ait les sous pour ce faire.

Le bateau Poulo prend eau de toutes parts

Par ailleurs, comme nous le signalons dans notre précédente livraison, les six ligues fonctionnelles, (donc sans les 3 du Nord), ont fait un communiqué pour désavouer le comité provisoire et soutenir la FEMAFOOT et son C.E. C’est suite à la réunion le 16 mars dernier. 

Les signataires sont : Kassoum Coulibaly dit Yambox (Bamako) ; Banou Makadji (Koulikoro) ; Général Mady Boubou Kané (Kayes) ; Lamine Sory Dembélé (Ségou) ; Mamby Keletigui Djaby (Sikasso) ; Nouhoum Bocoum (Mopti).

En plus, 13 clubs de ligue 1 ont tenu une AG au terrain de l’AS REAL près de la gare routière de Guinée pour apporter leur soutien à Baba. Il s’agit de : L’as Real de Bamako, le Stade Malien de Bamako, LCBA L’USCK, le Bakarydjan, l’US de Bougouni, le Black star de Badala, le Mamahira de Kati, le Nianan de Koulikoro, l’USFAS, le Sonni de Gao, les 11 créateurs de Niaréla et l’ASOM.

Les supporters de ces clubs ont emboité le pas à leurs dirigeants pour former une grosse délégation (plus de 150 personnes) pour envahir le domicile de Baba et lui manifester leur soutien.

Il ne reste certainement plus qu’une option à notre très controversé Ministre des Sports : démissionner !

Batomah Sissoko