IBK, le féticheur et le coq noir

L’histoire est cocasse, nous dirons même vaudevillesque, tellement elle nous a fait gondoler de rire. Ladji Bourama, en ces temps de présidentielle, ne pense qu’à une chose : sa réélection. Pour cela tous ceux qui peuvent l’aider sont les bienvenus : féticheurs, marabouts, charlatans, tout y est.

Seulement ce féticheur, il l’avait gardé chez lui depuis plus de six mois. Il lui avait promis argent et maison à Sotuba. Mais ces derniers temps-ci, il était question de maison mais n’importe où à Bamako, ce qui fit douter son lanceur de cauris, lequel, décidemment « voyait » bien les choses. Il y avait de la trahison dans l’air. Il demanda donc à Ladji Bourama de lui faire parvenir un coq noir qu’il devrait sacrifier à sa présence.

Il égorgea le coq en présence du maître des céans, alors il se  produisit une chose extraordinaire : le coq décapité se mit à courir derrière Ladji Bourama en se jetant à plusieurs reprises sur lui,  tachetant du coup, son bazin immaculé. Pris de court, ce dernier prit finalement sa jambe au cou, plongeant ainsi tous les habitants du château dans la stupeur. Profitant de cette panique générale, le féticheur lui,  disparut  dans la nature. C’est un Ladji Bourama trempé de sueur que les gardes présents ont fini par calmer. Et naturellement, personne n’osa demander de quoi il retournait réellement.

Ouf ! Ladji Bourama l’a échappé belle, mais jusqu’à l’heure nous mettons sous presse, le féticheur lui, reste introuvable.

Hum, cela n’augure rien de bon !


 

Les sécurocrates de Ladji Bourama sur les dents le 12 août prochain


Selon nos sources toujours bien informées, ordre a été donné par les sécurocrates de Ladji Bourama aux chefs de service de la Cour constitutionnelle de libérer les fonctionnaires le jour du vote à partir de 14 h. 3 000 agents  des forces de  l’ordre (gardes, policiers et gendarmes) seront mobilisés avec un per diem de 5 000 FCFA, ainsi que 20 véhicules des sapeurs-pompiers. Sur ordre du général Moussa Bemba Kéita, cousin du président, 59 gardes seront munis de fusils mitrailleurs avec 50 cartouches chacun pour patrouiller dans la capitale, Bamako. Le directeur adjoint de la police, le très zélé Mamadou Z Sidibé  a autorisé le commissaire Siaka Sidibé à armer 30 éléments de la Brigade anti-criminalité (BAC) avec des fusils AK 47 et 4 boites de chargeurs de 25  cartouches.

Sur demande de Moussa Diawara, 32 véhicules du fils du président de la République ont été transférés au domicile de la troisième femme du député Moussa Diarra à Sébénikoro à côté de l’ambassade du Japon.

Les déplacements des autorités et des véhicules de service seront interdits,  sauf avis contraire.

Les membres de la belle-famille du président de la République ont emménagé au champ familial.

La famille de Michel Sidibé sise sur la route de Samaya a été avertie que le président de la République pourrait aller s’y réfugier, dans le cas où.

Qui a tiré ? Qui a donné l’ordre ? « Le Sphinx » vous dit tout, dès à présent !



​Résultats définitifs du scrutin du 29 juillet : Tout ça pour ça !

Selon toute évidence, la Cour était uniquement soucieuse de dispatcher 0,59 qui flottait à l’issue de la proclamation des résultats partiels par le Ministère de l’Administration Territoriale. Elle l’a fait ! Tout ça pour ça est-on tenté de demander ? Mais quel gâchis ! 

 

La délation commence

Sur ordre du Premier ministre,  Soumeylou Boubèye Maiga,  des fake-news seront bientôt distillées selon lesquelles, le candidat de l’URD, Soumaila Cissé, mènerait des négociations avec les PTF afin d’engager des sanctions contre le Mali en vue d’une crise post-électorale annoncée. Plus c’est gros, plus c’est crédible auprès des simples d’esprit. Que ne verrait-on ou n’entendrait-on pas dans ce pays d’ici le second tour du scrutin !