En vue de la crise post-électorale programmée, une grosse légume met ses petits-fils et sa bru à l’abri

 Il n’y a aucun doute, IBK va essayer un passage en force qui, naturellement va aboutir à une crise post-électorale sans précédent au Mali. Avec à la clé, comme nous l’avions déjà écrit, des assassinats ciblés. Et comme la violence entraine toujours la violence, les caciques du régime sont en train de mettre leur famille à l’abri. C’est ainsi qu’avant-hier mercredi,  l’un d’entre eux, et pas des moindres, a envoyé ses petits-enfants et sa bru, fille d’un hiérarque du régime également,  au Maroc Peut-être à Marrakech où notre grosse légume a un Riad repéré par nos radars. Au Maroc, un Riad -jardin en arabe- est une  résidence pour milliardaires avec des appartements de 200 m2, patio, jardin, piscine etc.  

 

Campagne électorale : voter IBK pour être recruté ou avoir une promotion

Ce qui se passe actuellement est grave, très grave même. Pour avoir le grade d’inspecteur ou de commissaire, il faut jurer aux examinateurs de voter IBK lors de la prochaine élection présidentielle mais aussi de faire voter IBK toute ta famille. Une réduction d’un million de FCFA est accordée aux élèves-commissaires pro-IBK sur les 3 millions sinon, il faut payer plein-pot avec une infime chance de passer.

Les 12 500 nouveaux policiers qui ont été recrutés ont également fait  allégeance à IBK. Idem pour les soldats qui doivent passer au Peloton P1 et P2 (caporal et sergent) le 1er juillet prochain. Seul hic  6 000 jeunes soldats ont refusé le sale deal. Pour eux l’Armée doit être apolitique ; l’avancement doit se faire suivant le mérité. Et le mérite seul. Les pelotons seront redéployés au camp du Génie militaire à Baffo

On fera voter IBK tout ce beau monde par procuration, c’est la raison pour laquelle pour l’actuel recrutement, la carte NINA est exigée.

 
IBK nomme 70 préfets et sous-préfets pour assurer son passage en force



Avant-hier plus de 70 nominations en conseil des ministres au ministère de l’administration territoriale (préfets, sous-préfets, conseillers, etc.) qui sont chargés d’administrer les élections prochaines. Tout ce beau monde a été trié sur le volet pour les besoins de la cause. Pourquoi maintenant ? Les Maliens ne sont dupes. 


Kéniéba : un autre mort dans l’escarcelle du régime IBK

 Abdoulaye Monekata alias Baboye, 42 ans, natif de Kéniéba est décédé dans la cellule 2 du Commissariat de police de Kéniéba. Après un malaise causé par suffocation, il a été transporté à l’hôpital à 01h 21 où  il a rendu l’âme à 4h 12. Le nom de Ramanecota - c’est le surnom d’Abdoulaye- faisait partie de la liste des meneurs communiquée par le Ministère au gouverneur d’où le durcissement des conditions de détention  des 50 personnes. Lesquelles n’avaient pas le droit de se laver. Pire, ils faisaient leurs besoins dans des seaux qu’elles vidaient le jour.

Après le décès d’Abdoulaye, les autres ont été subitement autorisés à se laver et les cellules ont été nettoyées. Selon nos sources, une autopsie arrangée serait en cours afin de sauver l’image du pouvoir. 

 
Nominations qui fâchent : le secrétaire général du ministère de la Défense démissionne

Peu avant la fête de fin du Ramadan, le secrétaire général du ministère de la Défense et des anciens combattants, le général de brigade Salif Koné, a démissionné de son poste, pour manifester sa désapprobation par rapport aux dernières nominations au grade de général de division. En effet, étant oublié lorsqu’on distribuait le grade de général de division comme des bonbons, alors qu’il est le plus ancien général de brigade et le plus bardé de diplômes aussi, on l’a consolé en signant son décret bien après celui des autres, le mettant ainsi au bas de l’échelle selon l’ancienneté. Il a vu ainsi les jeunes généraux, qu’il a formés, nommés avant lui, de sorte qu’ils l’ont devancé dans le grade de général de division et vont faire valoir leur ancienneté à son détriment. Peut-il alors être le deuxième personnage du ministère pour se retrouver dans cette situation inconfortable ? Il a choisi alors de démissionner de son poste de secrétaire général. C’est ça un homme d’honneur !

 

Des grenades qui encombrent les commissariats de police

Depuis quelque temps, tous les commissariats de police du district de Bamako sont transformés en de véritables poudrières, avec naturellement des stocks importants de munitions et surtout des grenades autrefois entreposées au Groupement mobile de sécurité (Gms). C’est donc un véritable malaise que vivent les policiers de ces commissariats avec les mauvaises conditions de stockage de ces grenades qui font craindre le pire, avec naturellement les pointes de chaleur enregistrées ces derniers temps. Comme consolation, on leur demande de faire preuve de patience car cela ne durera pas puisque ces grenades seront bientôt utilisées. Ah bon ! Hum… 

 

Ségou dément les thuriféraires et les responsables locaux du RPM

Lors de la visite du président IBK à Ségou, les thuriféraires du régime qui ont transféré des milliers de gens pour lui réserver un accueil sur place, avaient réussi ainsi à lui faire croire que Ségou était entièrement acquis à sa cause et le soutenait sans faille. Pour IBK donc, Ségou, c’est dans la poche lors de la Présidentielle. Mais avec la démonstration de force que Moussa Sinko Coulibaly y a faite, suivie de celle de Modibo Koné, tous deux candidats à la Présidentielle et membres de la Convention des bâtisseurs, il est clair maintenant que le président IBK a été tout simplement floué par les responsables locaux du Rpm, lesquels ne lui ont raconté que balivernes, surtout que Me Mountaga Tall, Dramane Dembélé  et Mamadou Igor Diarra, trois dignes fils de la région de Ségou, n’ont pas encore, eux aussi, démontré qu’il faut compter avec eux à Ségou.