Pendant que la famille s’affaire autour du président de la République malade, quatre conteneurs ont quitté Sébénicoro pour une destination inconnue

 Quatre conteneurs qui quittent le même endroit, ce n’est pas un fait anodin pour passer inaperçu. C’est pourquoi tout le monde en parle, aussi bien dans les « grins » que les salons feutrés e Bamako. En effet, il s’agit de ces quatre conteneurs qui ont quitté la Résidence de Sébénicoro pour aller vers une destination inconnue. Du moins pour le moment ! Puisque cela survient au moment où le maître des lieux se trouve malade et couché dans un hôtel parisien, il y a de quoi se poser des questions sur ce qui ne pourrait être une simple coïncidence. Effectivement, que peuvent bien contenir ces conteneurs ? Et pourquoi maintenant pour leur acheminement? Il se trouve qu’un autre membre du gouvernement proche de la famille a lui aussi fait convoyer deux autres conteneurs sur Dakar où il aurait un important parc immobilier. D’ores et déjà nos radars sont déployés pour en savoir davantage dans les jours à venir.

 
Pressentie ministre dans le tout prochain gouvernement sous le parrainage de «La Famille d’abord», la directrice du Cicb dans le collimateur de caciques du pouvoir

Mme Pierrette Véronique Sidibé appelée à la rescousse en remplacement de Paul Boro pour gérer le Centre international de conférence Bamako en plein chantier en vue du Sommet Afrique-France serait même pressentie pour entrer dans le tout prochain gouvernement qui, malheureusement, devra attendre encore pour raison de santé de celui que l’on sait. De toute façon, cette nouvelle de la probable  nomination de l’actuelle directrice du Cicb à la tête d’un département ministériel fait jaser. D’aucuns disent que c’est pour la récompenser de sa bonne gestion des travaux de mise à niveau du Cicb, tandis que d’autres, dans le prolongement de cette idée, pensent que c’est bien une récompense, mais venant de « La Famille d’abord » et ses proches, notamment pour n’avoir pas touché à leurs intérêts en ce qui concerne les nombreux marchés de mise à niveau du Cicb au sujet desquels, dès son installation, elle réclamait que soient remboursés près de 900 millions de nos francs pour mauvaises prestations des fournisseurs ou pour des travaux non effectués. A peine pressentie ministre, v’lan, ceux qui voient leur poste menacé commencent à la couvrir de pou et de boue. La grève de quelques heures des travailleurs du Cicb, pour la première fois de leur histoire, ne serait-elle pas un bon avertissement ?

 

Agence malienne de publicité (Amap) : après sa prestation de serment, le nouvel Agent-comptable devient un fantôme dans le service

Nommé Agent-comptable de l’Agence malienne de publicité (Amap), un certain Sidiki Keïta, Inspecteur du Trésor de son état, disparaît du service après avoir prêté serment. C’est dire qu’il reste un fantôme. Selon nos investigations, il attend d’être installé dans ses fonctions après la prestation de serment, comme le veut l’usage. Mais du côté du ministère de la Communication, on est occupé ailleurs, tellement occupé qu’on s’accommode pour le moment de cette situation qui gêne un tantinet le fonctionnement de l’Amap. Seulement, comme tout se sait et se dit dans ce pays, si le cadre préféré du ministre avait pu obtenir ce poste, certainement que les choses ne se passeraient pas comme cela. Mais puisque du côté de l’Ortm comme de celui de l’Amap on oublie même de tenir régulièrement les sessions du conseil d’administration conformément à la loi !

 

Censures intempestives à la télévision nationale : l’Ortm de Sidiki Konaté se met en marge du jeu démocratique


Ceux qui ont suivi l’élément diffusé sur la visite des responsables de la classe politique à Gao (Majorité et Opposition réunies) pour présenter les condoléances aux familles des victimes et rendre visite aux blessés ont pu noter que seuls les propos de Bocary Tréta, président du Rpm et de la Majorité, ont été relayés amplement par l’Ortm. Pour sauver la face, quelques bribes de phrases de Tiéblé Dramé ont été balancées et selon des proches du Parena on a choisi les parties les plus insignifiantes du discours de Tiéblé. Quant au chef de file de l’Opposition, Soumaïla Cissé, il a été complètement zappé. Comme si le Dg de l’Ortm le narguait suite à un arbitrage de l‘Autorité de l’Egal accès aux médias d’Etat qui avait donné une suite favorable à la plainte pour censure de Soumaïla Cissé il y a quelques mois. Avec un produit du mouvement démocratique comme ministre de la Communication, c’est vraiment la marche à reculons.

 

 

Le ministre de l’Agriculture, Kassoum Dénon, enlève le véhicule Toyota V8 d’un de ses chefs de service qui ne peut effectuer ses tournées professionnelles

Quelle mouche  donc bien pu piquer le ministre de l’Agriculture, Kassoum Dénon, pour qu’il enlève sans raison valable le véhicule V8 du coordonnateur du Projet de renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (Presam) ? Il s’agit du véhicule de fonction immatriculé BAT 9208 que le Ministre Dénon a confisqué sous le prétexte que le coordonnateur du projet frime trop dans ce véhicule et qu’il lui faudrait un autre, certainement une petite caisse brinquebalante. De toute façon, privé de véhicule, le coordonnateur du projet Presam ne peut plus effectuer des tournées professionnelles ou autres visites de travail sur le terrain dans cette zone accidentée de Baguineda que couvrent ses activités

 

 Malgré tout le bruit entretenu autour de la construction de son hôtel (Sheraton) Cessé Komé rate le rendez-vous du Sommet Afrique-France

On avait présenté ce projet d’hôtel Sheraton comme l’un des joyaux à présenter à nos hôtes durant le Sommet Afrique-France pour y loger des personnalités de haut rang. Mais malgré la tentative d’accélération des travaux lorsque l’événement s’approchait à pas de géants l’approche de l’événement, il n’a pas été possible de finir les travaux en temps opportun. Résultat : le promoteur, Cessé Komé, par ailleurs propriétaire de l’hôtel Radisson Blu, a carrément raté le rendez-vous de ce Sommet pour se résoudre à terminer tranquillement la construction de cet hôtel qui était présenté au départ comme stratégique dans le dispositif d’hébergement des participants à cette rencontre internationale.   

 

Pour soustraire Modibo Gamby des griffes de Dame justice, de hauts responsables politiques et administratifs rôdent autour du dossier comme des vautours autour d’une dépouille.

Il faut vraiment être le richissime Modibo Gamby pour tuer son fils sans connaître ensuite les affres de la prison. En effet, à la place d’une cellule de la maison centrale d’arrêt de Bamako, l’importateur de basin se trouve gardé dans une structure sanitaire, sous le prétexte qu’il serait malade. Comme nous l’écrivions au lendemain de ce meurtre que le commerçant a commis sur son fils, Fodé, nous posions la question, à savoir, quelle est cette maladie qui lui permet d’avoir la force de s’acharner sur son fils pour le rouer de coups jusqu’à la mort et devrait ensuite l’empêcher d’être placé sous mandat de dépôt et d’intégrer la prison où il pourrait faire bénéficier ses codétenus des repas copieux que lui ferait parvenir sa famille. Ce serait une bonne façon de s’amender et de mieux implorer le pardon divin qui n’a que faire de la richesse ici-bas. Peut-être pense-t-il gagner du temps, parce qu’un puissant lobby composé de responsables politiques et administratifs tentent de le soustraire es griffes de Dame justice.  

 

Une délégation de guides musulmans tente en vain de rencontrer à Nioro Cherif Bouyé pour implorer ses prières en vue de la guérison du Président IBK

Le prédicateur Thierno Hady Thiam et deux autres marabouts qui l’accompagnaient se sont rendus à Nioro pour tenter de rencontrer Cherif Bouyé afin d’implorer ses prières pour la guérison du Président IBK. Ont-ils réagi de leur propre chef ou ont-ils été mandatés depuis Bamako pour accomplir cette mission ? Nous donnons notre langue au chat. Toujours est-il qu’arrivés à Nioro, les membres e la délégation ont trouvé porte close. En d’autres termes, ils n’ont pu rencontrer le Chérif et sont donc retournés bredouilles à Bamako.

 

 

La Police nationale secouée par un trafic de faux laissez-passer de circulation: malheureusement, le ver est dans le fruit

Révélée par « Le Sphinx » et  notre confrère « La Sentinelle », cette affaire avait provoqué peu avant le Sommet Afrique-France la mutation du commissaire en charge de la circulation routière et de son adjoint, en attendant la fin des enquêtes qui continuent toujours, même si des fuites qui nous sont parvenues révèlent que ces deux chefs ne seraient en rien impliqués dans cette histoire concoctée de toutes pièces par des agents de police véreux pour se remplir les poches. En effet, il nous revient que ces faux laissez-passer étaient un secret de polichinelle chez beaucoup d’agents de police préposés à la circulation, mais une sorte d’omerta régnait pour couvrir ce trafic qui a profité à plusieurs membres de cette corporation car ce faux document n’a pas été délivré gratuitement à des centaines, voire des milliers de conducteurs de véhicules qui passaient ainsi entre les mailles des filets de la police lors des contrôles. Attendons maintenant la fin des enquêtes pour voir qui payera réellement pour toute cette caste d’indélicats.

 

Le front social en ébullition sous IBK : plus de soixante-dix préavis de grève pour la seule année 2016


Durant l’année écoulée, le front social était en ébullition à cause du mécontentement qui se généralisait et gagnait tous les secteurs professionnels. C’est ainsi que la ministre Mme Diarra Racky Talla a passé tout son temps à jouer au sapeur-pompier avant de voir sa propre case brûler vers la fin de l’année avec le dépôt d’un préavis de grève des services placés sous son autorité, notamment au niveau des inspections du travail. Il y a eu plus de soixante-dix préavis de grève au total en 2016 au Mali et l’année 2017 démarre malheureusement très mal pour IBK avec cette grève illimitée décrétée par les magistrats longtemps restés spectateurs devant le partage du gâteau national au niveau de l’Assemblée national ou du gouvernement. Ils ne font alors que réclamer leur part en voyant comment l’argent du pays est dilapidé pour des futilités.

 
Brouillage d’ondes de radios privées et harcèlement de la télé privée Africable au titre du droit d’auteur : des mesures ciblées


La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) et le Bureau malien du droit d’auteur (Bumda) auront fort à faire pour que les radios et télés privées respectent les lois en la matière avec l’intrusion fracassante des religieux dans le milieu audiovisuel. C’est d’autant plus vrai que des menaces ont été plusieurs fois brandies contre les radios et télés privées qui ne sont pas en règle, mais aucune mesure concrète n’a été prise, la Haac se limitant à louvoyer pendant que le Bumda fait un peu de show et surtout en harcelant certaines chaînes pendant que d’autres nagent dans l’illégalité. C’est la conséquence de l’arrivée de cercles religieux dans l’audiovisuel car il faudra réfléchir mille fois avant de se hasarder le signal  de certaines de ces télévisons ou radios si l’on connaît l’emprise sur les populations de leurs propriétaires.