Autorité  routière : Le mauvais coaching a la vie dure

Il est fait bon d’être du parti au pouvoir et de diriger une boîte à sous dans notre pays. La directrice de l’Autorité routière illustre bien cela. Ainsi, peut-on constater actuellement sur les lieux de promotion d’une secrétaire « particulière » coup sur coup. Il y a quelques mois, elle fut promue. Et récemment, elle s’est retrouvée « coordinatrice » d’un service public, c’est qu’elle coiffera désormais son ancien patron, un agent des premières heures.

Les informaticiens de la structure  aussi ont eu la désagréable surprise d’apprendre la promotion d’un jeune, jadis stagiaire, en lieu et place de l’expert qui officiait. Suite logique, l’Autorité peine à honorer ses engagements.

 

Bisbilles dans la Ruche : Un cadre s’en est violemment pris à Dramane Dembélé

 La réunion extraordinaire du Comité exécutif de l’Adéma-Pasj du vendredi 30 juin aura été certainement très houleuse. En témoigne l’altercation verbale ayant opposé un cadre du parti à l’ancien ministre Dramane Dembélé et candidat malheureux à la dernière présidentielle. Aux environs de 21 heures, devant des témoins, alors que Dra regagnait son véhicule, le cadre en question l’interpella en des termes pas très amènes. Selon ces mêmes témoins, il traita Dra de tous les noms d’oiseau. Mais, l’ancien ministre ne plaça aucun mot. D’après nos sources, ledit cadre serait responsable de la Section IV du parti de l’Abeille et récemment promu à un poste de chargé de mission au cabinet d’un nouveau ministre.

 
Camp para de Djicoroni : Réveil des vieux démons

Est-ce le réveil des vieux démons ? Telle est la question que d’aucuns se posent après avoir capté les chaudes explications entre divers éléments du camp. La semaine dernière, en effet, ces derniers se trouvaient en belles compagnies au bar climatisé du Camp Para. Dans une atmosphère bien arrosée, le ton monte brusquement entre eux. Sujet au menu, le sort actuellement réservé à Amadou Haya Sanogo, le chef de l’ex-junte de 2012, aujourd’hui derrière les barreaux. Les parties faillirent en venir aux mains. Des clients médusés, témoins de la scène, ont rapidement quitté les lieux. Commentaire de l’un d’eux : «  Ces gens ne cessent de nous étonner. Comment osent-ils s’entredéchirer à propos de leur bourreau ? »



IBK DOIT VITE REAGIR !

Nous n’acceptons pas que l’honneur de notre président soit livré aux chiens

Ces derniers jours, la Communauté africaine vivant en Europe est en train de se passer l’article d’un journal faisant le compte-rendu du sommet extraordinaire du G-5 qui s’est tenu le 02 juillet dernier à Bamako.

Il s’agit d’un article de «Le Temps» de Genève qui fait état du contenu des discussions à huis clos du G 5,  de graves révélations qui ne laissent aucun Malien

On peut tout nous dire et nous accuser de tous les péchés d’Israël, mais nous n’acceptons pas que l’image de notre chef de l’Etat soit ainsi malmenée. En plus, cette allégation est tellement monstrueuse que nous ne pouvons la laisser passer. C’est pourquoi, nous appelons de tous nos forces le président de la République de réagir vite et bien par rapport à ces informations qui sont en train de faire le tour du monde et risquent, à l’avenir, de déteindre sur la notoriété de notre pays.

Lorsque la presse locale fait des révélations de moindre importance sur le président et sa famille, c’est le couperet du démenti qui tombe raide sur elle, si ce n’est Dame justice qui l’interpelle. Pourquoi donc un journal, même de notoriété internationale doit-il se prévaloir de diffuser des informations aussi graves sans coup férir ?

C’est l’indignation chez les Maliens de la diaspora vivant en Europe qui ne cessent dès lors de se demander pourquoi le silence du président de la République face à cette situation.