Après le bourrage des urnes des gouverneurs, préfets et sous-préfets menacés

Ils étaient nombreux les gouverneurs, préfets et sous-préfets à qui on avait promis des maroquins dans le futur gouvernement s’ils étaient parvenus, dans leur fief respectif, à faire gagner le Président sortant, IBK. Pour donc décrocher le fauteuil ministériel qu’leur avait fait miroiter, plusieurs eux n’ont pas hésité à taper dans leur caisse et surtout de bourrer les urnes.

C’est donc très heureux qu’ils ont accueilli l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui a confirmé tous les résultats y compris les plus invraisemblables. C’est donc en toute logique qu’ils pensaient, chacun en ce qui le concerne,  de figurer dans la composition du gouvernement qui vient d’être mis en place. La déception fut telle qu’un gouverneur et deux préfets ont eu le culot de demander à celui qui leur avait promis de les bombarder ministres.

Comme toute réponse, ce dernier a dit au gouverneur qu’il allait le rétrograder au rang de préfet le gouverneur et aux deux préfets, au rang de sous-préfets. Naturellement ils l’ont bouclé. Actuellement, nos quidams sont en train de se tortiller les méninges pour trouver des justificatifs au gap financier qu’ils ont créé dans leur caisse.

 

Un autre déchu du remaniement : Poulo

S’il y a un autre qui est surpris de ne pas figurer dans la nouvelle équipe gouvernementale, c’est bien l’ex-ministre de l’Education nationale, Housseïni Amion Guindo alias Poulo.

Candidat malheureux à la présidentielle 2018, il avait déménagé avec armes et bagages -après une supplique auprès de la Première dame-, chez IBK à qui il a promis de donner les voix des militants de son parti : la Codem. Ce dernier lui avait fait la promesse de le maintenir à son poste.  A l’annonce de la nouvelle équipe gouvernementale, Poulo qui a failli piqué une crise cardiaque, est revenu sur terre.

Hum ! Les promesses d’IBK n’engagent que ceux qui l’écoutent.

 

Un nouveau PDG à la Cmdt

Selon nos sources généralement bien informées, Ladji Bourama envisage de nommer un nouveau PDG à la tête de la Compagnie malienne pour le développement du coton (CMDT) à la place de Baba Berthé pourtant désormais membre de « Ma Famille d’Abord.

Secteur important de l’économie du Mali, la Cmdt a connu quatre PDG en cinq de magistère de Ladji Bourama. Les divergences arrivant lors de la répartition du marché d’achat d’engrais entre les fournisseurs de la place.Trois noms sont en circulation, on verra dans quelques jours qui aura la bénédiction de Ladji Bourama et surtout de son fils Karim devenu entre-temps un homme incontournable dans les nominations