ADJUCATION DOUTEUSE DU MARCHÉ DES ENGRAIS À LA CMDT (suite)

Des cas de surévaluation et de traites impayées de l’ordre de 10 milliards F CFA

Suite à l’appel d’offres international n°02/2017/GIE portant fourniture de complexe céréales pour la campagne 2018-2019 la société TOGUNA a été abusivement gratifiée de 40% dudit marché pour un montant de 31 milliards F CFA. Ce n’est pas tout : Des cas de surévaluation ont été décelés au profit de la même entreprise en plus des traites impayées de l’ordre 10 milliards par la CMDT.

Disons-le tout de suite : des erreurs de nature à affecter la compréhension se sont glissées dans notre précédente livraison portant sur le même sujet.   Il est cependant évident que L’offre globale de la CMDT est de 250.000 tonnes pour un montant total de 74,7 milliards de nos francs. Et parmi les 27 postulants figure en première place, la société TOGUNA S.A dont on connait d’ores et déjà les affinités avec le régime politique en place.
Pour rappel, le marché portait sur la livraison des 250.000 tonnes engrais sur les sites de FANA, Dioïla, Bougouni, Koumantou, Kignan, Sikasso, Koutiala, Karangana, Kimparana, Kita, OHVN Bamako et l’Usine de Ouélessebougou. Et naturellement, un cahier de charges régule ledit marché.
Et selon ce document, la quantité à livrer pourrait varier entre, plus ou moins, 10%, pas plus ! Et là se trouve le hic !
Dans les faits, la quantité totale du NPK-Coton à livrer est initialement de 88.600 tonnes, mais sur la fiche d’adjudication, il est de l’ordre de 132.000 Tonnes. Le NPK-Céréales y est de 40.000 Tonnes contre 24.700 effectivement prévus. Quant à l’urée, la quantité réelle est de 48.500 Tonnes contre 83.000 tonnes fictives. En clair, les besoins ont été surévalués au regard du cahier des charges.
Pourquoi donc ? On devine aisément qu’il s’agit d’une porte ouverte à la fraude et à la surfacturation. Le Gap entre les quantités réelles et fictives représentant des dizaines de milliards F CFA, sera tout naturellement considéré comme effectivement livré, donc payé cash.
Au regard de tout ce qui précède, l’actuel PDG de la CMDT s’est abstenu de cautionner la procédure d’attribution. Pour leur part, le Ministère des Finances ainsi que le pool bancaire devant garantir la transaction s’interrogent également.
Et ce n’est pas tout : dans le même registre, des opérateurs économiques ont escompté les traites au niveau des banques à hauteur de 10 milliards F CFA lors de la campagne précédente. Lesdites banques ont toutes les difficultés à se faire payer aujourd’hui par la CMDT

Il nous revient que tous ces tripatouillages ont été rendus possibles grâce aux versements de substantiels bakchichs. 3 milliards ont été déposés chez un jeune diokhoramé qui réside à la Cité du Niger avec ordre de les remettre à son ami, un membre influent de « Ma Famile d’Abord » Mais qui est ce heureux « coxeur » ?  Selon un dicton bien connu dans la Cité des 333 Balazans,  «tout le monde sait qu’il n’y a qu’un seul et unique maraudeur à Markala : c’est Binadjan ! ». Alors, ne cherchez pas loin !

Batomah Sissoko