L’EX-MINISTRE CHEICK OUMAR DIARRAH ET SA SŒUR ONT COMPARU DEVANT LE TRIBUNAL DE LA COM.VI

Les accusés reconnaissent les faits…

Accusés d’abus de pouvoir et de complicité, l’ex-ministre de la Réconciliation nationale, Cheick Oumar Diarrah, ainsi que sa sœur répondant au nom de Adama Aïché Diarrah ont été tous deux arrêtés et placés sous mandat. Ils ont comparu devant le tribunal de la Commune VI le lundi 10 Juillet dernier.

Les accusés ont reconnu les faits, Cheick Oumar Diarrah, pour avoir perçu la somme de 238 millions de FCFA de la part de la dame Binta Mallé et l’avoir indûment utilisée à d’autres fins ; et Adam Aïché Diarrah pour avoir servi d’intermédiaire. D’où la plainte pour «abus de confiance» du Conseil de la victime, Me Djakaridja Djiré.

Le montant (238 millions de FCFA) a été remis à l’ex-ministre en vue de la création d’une entreprise au Mali comme initialement convenu entre eux parties.

A l’issue du procès, Adama Aïché Diarrah a mis toutes les accusations sur le dos de son frère lequel a reconnu les faits. Mais il a nié que le montant se trouvant en ce moment sur son compte personnel soit celui de la plaignante. L’avocat de cette dernière a demandé, en plus du remboursement intégral du montant dû, le paiement de dommages et intérêts à hauteur de 150 millions F CFA car, dit-il, si épargné ou investi, ledit montant aurait généré plus que ce qui a été demandé à la barre.

Le juge a exigé les documents attestant que lesdits montants ne sont effectivement pas ceux de la plaignante. Des documents que l’accusé a promis d’apporter dans les prochains jours. Le délibéré a été renvoyé dans une quinzaine de jours.

Signalons que l’ex-ministre, en vue d’échapper à la justice, a trouvé refuge dans une clinique sous le prétexte d’une maladie dont il  souffrirait. Il y a été extirpé pour être jugé au même moment que sa sœur.

Batomah Sissoko