Scandale à l’Académie de Koutiala

Le Directeur s’accapare d’une partie des dotations des CAP

 
L’Académie de Koutiala jadis tant convoitée par tous les enseignants est aujourd’hui un service où il ne fait pas bon de travailler. Tous ceux qui y travaillent actuellement sont dans une situation de détresse et ce depuis l’arrivée de l’actuel directeur, Ibrahim Djibrila Maiga.

Ibrahim Djibrila est un syndicaliste connu sous le sobriquet de « Malien ». Il arrive aux affaires en 2006 date à laquelle il est nommé directeur adjoint de l’Académie de Gao. Lorsque le directeur fait valoir  ses droits à la retraite, il est confirmé à ce poste où Il se révèlera piètre administrateur scolaire. Ce qui n’est pas surprenant car l’homme pas de sérieuses références. Il va exposer sa carence dans tous les domaines (pédagogique, administratif, financier). Il faisait des ponctions dans toutes les structures qui relèvent de lui.

En 2011 le problème de salaire de 14 professeurs du Lycée d’Ansongo et celui des frais de transport des examinateurs du Bac fait un tollé. Le mouvement de rétention de notes  des candidats que les professeurs ont décrété lui sera fatal. C’est le Centre national des examens et concours de l’Education (CNECE) qui s’engagera finalement à payer l’argent détourné pour que l’examen ne soit pas pris en otage. Deux mois après, il est relevé.

En 2016, à la faveur d’entregent dont il a le secret et de complicité, il se retrouve encore directeur de l’académie d’Enseignement de Koutiala. Cette fois,  c’est la catastrophe.  Tel un hargneux, personne et aucune structure n’est épargnée. Il agresse tout le monde et distribue des lettres d’explication  et de sermon comme de petits papiers. De telle sorte qu’il est parvenu à émousser toutes les bonnes volontés, paralysant du coup l’Académie toute entière. Il a eu des accrocs avec la quasi-totalité des agents : les professeurs du secondaire qui ont fait la grève pour un problème de composition du 3ème trimestre, les DCAP, le directeur de l’IFM de Koutiala, ont tous reçu des lettres d’explication de l’omnipotent directeur.

Au séminaire sur l’Education non formelle en septembre 2016 à Bamako, il a encore mis à nu sa carence en optant la politique de la chaise vide. Les directeurs de toutes les académies du Mali ont fait une présentation de leurs structures sauf celui de Koutiala. Le comble, c’est l’évènement inédit au Mali qui s’est produit dans l’examen du DEF 2016. L’AE de Koutiala a connu trois résultats. Un premier résultat paraitra en même temps que les autres ; un second sera publié avec cinq admissibles puis un troisième avec vingt (20) admissibles. Voilà ce qui est assez révélateur.

Au plan financier, la situation n’est guère rose.  Ibrahim Djibrila Maiga n’arrive pas à se départir de ses habitudes de Gao. Pendant toute l’année 2016, il a fait des ponctions dans les crédits des CAP qui relèvent de lui. Ces derniers impuissants finiront par écrire au gouverneur de Sikasso pour que cela cesse. Le gouverneur à son tour a demandé au préfet de Koutiala de gérer le problème. Ce dernier convia tous les acteurs dans son bureau. Le directeur de l’académie reconnaitra les faits et s’engagea à dédommager les DCAP à qui il avait causé du tort. Mais après il s’est rebiffé au motif qu’il y a une loi qui l’autorise à puiser dans les fonds de toutes les structures qui relèvent de lui.

En guise d’exemple rien que pour l’année 2016, il a détourné la bagatelle de 8,6 millions de francs CFA sur les fonds alloués  aux quatre CAP. (Voir tableau)

Entre temps, à la faveur de l’avant-dernier mouvement du département, il agira auprès des gens du cabinet pour disperser cette équipa de DCAP. C’est ainsi que celui de Koutiala, Djiguiba Konaté est muté à Bamako, celui de M’Pessoba Bakary Cissé est tout simplement relevé. Les deux autres de Yorosso et Zangasso sont restés pour le moment. Comme il est dans les bonnes grâces des grands du département dont  il est pourvoyeur d’argent. Tous les sous qu’il sort frauduleusement dans l’ordre et le désordre leur sont distribués. Aussi leurs parents qui travaillent à l’Académie de Koutiala sont gracieusement entretenus, cajolés et dorlotés. Il est très fort dans l’art de corrompre. Mais ne corrompt que les grands.

 Aujourd’hui Ibrahim Djibrila Maiga est le seul maître à bord. Gare à celui qui lèvera le plus petit doigt. Pauvre pays. Le mali restera longtemps dans cette situation. Mais Dieu est plus grand que tout cela et la dernière décision lui revient

A.D