CANAM



Flagrant délit de favoritisme : des entreprises maliennes flouées au profit des étrangères


Cela n’arrive qu’au Mali : des nationaux floués au profit des étrangers ! Et bien évidemment, ce ne sont pas les petites gens qui se rendent coupables de pareilles impostures. Mais bien des responsables haut placés.

Dans le cadre du recrutement d’un cabinet pour son accompagnement, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM) a engagé une consultation restreinte. Le projet est intitulé «Recrutement d’un cabinet pour l’accompagnement de la CANAM dans la mise en œuvre d’une démarche qualité et la certification de son système management qualité à la norme ISO 9001 version 2015».

Trois entreprises ont été sélectionnées suite à une consultation restreinte. Il s’agit du «GROUPEMENT ENTRE CABINET DE CONSEIL ET DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE CCRDD SARL ET MANAGEMENT CONSULTING GROUPE MGC », du « GROUPE KS PARTNERS ET ISO EXPERT» et de «AFRIQUE COMPETENCE».

Les deux premières citées, à savoir, le «GROUPEMENT ENTRE CABINET DE CONSEIL ET DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE CCRDD SARL ET MANAGEMENT CONSULTING GROUPE MGC», et le «GROUPE KS PARTNERS ET ISO EXPERT» sont maliennes pendant que la troisième («AFRIQUE COMPETENCE») est un cabinet Burkinabé installé au Maroc.

Des critères douteux

Le hic, est que les critères et sous critères de sélection de la CANAM ont été taillés sur mesure en faveur de la dernière («AFRIQUE COMPETENCE») le cabinet marocain.

Dans sa lettre de proposition, la CANAM exige en effet aux candidats présélectionnés le respect des points suivants : «la Certification en norme ISO 9001 version 2015 (10 points) ; la Conformité du plan de travail et de la méthode proposés, aux Termes de référence (approche technique et méthodologie : 15 points ; Plan de travail : 05 points ; Organisation et personnel : 05 points) soit un total de 30.

L’on notera que le seul critère relatif à la qualification en norme ISO 9001 version 2015 équivaut à 10 points. C’est la trouvaille pour éliminer les deux autres postulants. Et pour cause. Sur tout le continent, seule « Afrique Compétence » dispose de cette certification. Et de facto, elle prend une avance de 10 points sur les autres soumissionnaires. Autant lui attribuer directement le marché. Mais ce n’est pas tout.

Les sous-critères sont autant handicapants pour les autres. Ils sont ainsi libellés : «les expériences en assurance maladie pour les autres experts (du groupe) ; cacheter l’enveloppe principale…».

Et pourquoi donc les expériences pour tous les autres experts du groupe quand on sait qu’un seul expert est largement suffisant ? Tout simplement, parce que seul cabinet «Afrique Compétence» dispose également de cette compétence.

Aussi, l’enveloppe doit être cachetée, une disposition en porte-à-faux avec le principe de l’anonymat des plis qui garantit la transparence selon le code de marché public au Mali.  

Pour tout dire, les critères sont non seulement taillés sur mesure et ils ne sont, en outre transparents.

«Afrique compétence», une nébuleuse ?

Il nous revient de sources bien introduites, que les critères de sélection ont été quasiment imposés à la CANAM par un personnage haut placé, proche de «la Famille d’Abord». Ce, pour qui connait les accointances qu’entretient un ministre de la République avec certaines sociétés et entreprises marocaines.

Tout est donc entrepris en vue de favoriser ce groupe étranger au détriment des nationaux pour l’exécution d’un projet d’ordre national.  Jusqu’où n’iront-ils donc pas, ces rapaces de la République ?

Rappelons que les dossiers doivent réceptionnés au plus tard le vendredi 1er septembre 2017 au siège de la CANAM à l’Immeuble Salia DAOU, Avenue du Mali Hamdalaye ACI 2000 Bamako.

Nous suivrons pour vous.

Batomah Sissoko