La marche du 19 août annulée

Après les révélations d’Etienne Fakaba Sissoko sur les cotisations des ministres de la République qui auraient donné chacun 1 million et mêmes 2 millions pour le financement  de la marche du 19 août prochain, Il a été finalement décidé d’annuler ladite marche pour la transformer en meeting afin démentir ce que le Ministre Secrétaire Général  du RPM (ne riez pas),  Baber Gano a qualifié de calomnie et de diffamation.
Et pourtant selon nos sources généralement bien informées, les montants déjà collectés devraient couvrir les dépenses dudit meeting.
Dans les rangs du parti des Tisserands, c’est l’énervement et la désolation à cause des fuites sur les activités du parti. Des nouvelles consignes auraient été données. Les réunions au niveau du BPM seront hiérarchisées. Les infos seront « catégorisées »

Élection du  Président de la fédération de football: La main invisible du pouvoir. 
Selon nos sources, le  candidat Mamoutou Toure dit Bavieux,  Vice- Président du Real de Bamako qui travaille à l’Assemblée Nationale est soutenu ouvertement par le Président de l’Assemblée Isaac Sidibé, son beau-fils,  Karim Keita, le cabinet de la Première dame, plusieurs membres du BPM du RPM et la commission transitoire de la Femafoot. Cinq réunions ont été tenues à ce jour avec lui
Selon ces mêmes sources, trois candidats émergent du lot. Salaha Baby, Mamoutou Toure et Alassane Souleymane. Des manœuvres, de la part des tenants du pouvoir, seraient en cours pour annuler la candidature de notre confrère Alassane. Karim aurait fait appel à Kolon et Amadou Diakité pour soutenir leur candidat. Le ministre Housseyni Amion Guindo dit Poulo et le président sortant de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra ont été royalement ignorés.

Les autres candidats dépités cherchent tous des parrains auprès des grosses légumes  du régime (Tréta, Boubeye, Poulo, Moussa Tembine, Koita) et même auprès des chefs religieux.

Pour le moment,   les grands clubs sont aussi sollicités de part et d'autres mais aucun n'a donné de consigne de vote.
Plusieurs journaux, des reporters sportifs sont sollicités pour soutien. Des contrats sont en cours de signature.
Des animateurs de radio font la course aux candidats pour avoir l'argent afin de faire de la publicité pour eux dans leurs émissions.
La candidature de Salaha Baby serait mieux acceptée par la jeune génération du football.
Le  Pouvoir a décidé de financer la campagne  de son poulain malgré qu'il ne soit pas le candidat du ministre Poulo qui hésite entre les deux autres. Une forte odeur de corruption exhale de cette campagne dont que la plupart des votes sont achetés cash. C’est le plus riche qui gagne.
Les médias du parti supporteront ouvertement le candidat du pouvoir. Les agences de voyage cherchent aussi à financer des candidatures afin de bénéficier des marchés des billets d’avion.
Deux  agents fonctionnaires du bureau de La Femafoot à l’Aci 2000 renseignent le Pouvoir des faits et gestes du bureau pour mieux préparer les élections.

 

Etienne Fakaba dans le collimateur du pouvoir

Apres ses révélations sur sa page Facebook des préparatifs  de la marche du OUI, des barons du régime ont demandé à des agents de donner une correction à Étienne Fakaba dans les plus brefs délais mais surtout de faire attention de ne pas le tuer.  On aura même demandé les fadettes de ses communications pour savoir qui l’a informé. Ses révélations ont été accueillies avec stupeur dans les rangs du pouvoir. Des instructions fermes auraient été données pour déceler la taupe du gouvernement et trois ministres ont été priés de démentir officiellement. 
On soupçonnerait une ministre de la République d’être à l’origine de fuite.

Espérons qu’on ne va pas la débarquer bientôt

 
Hystérie du Président après avoir lu le soir le bulletin de renseignements de la journée du 03 août (arrivée de Ras Bath). 

Selon notre confrère du « FIGARO du Mali », à la lecture des passages: "soit le PR retire son projet de loi soit ON LUI RETIRE LE POUVOIR" et le passage: "un seul cheveu de rasta, IBK et sa famille seront massacrés" le président de la République  aurait jeté le bulletin et a quitté le salon en bégayant les deux mains en l'air et en disant que le peuple l'a trahi. Et qu'il demande à Allah de ne pas finir comme ATT. 
Sur demande de Karim Keita son médecin traitant le professeur Diarra est venu en urgence pour lui donner des calmants

 

 Sur ordres des dirigeants du RPM seules 12 personnes seront au courant des activités du parti.

Les caciques du RPM pensent que les fuites arrangent les alliés du président de la République Soumeylou Boubèye Maiga et Tiéman Hubert Coulibaly, lesquels souhaitent, selon eux, affaiblir le RPM afin de montrer, par ricochet, l’impuissance du Premier ministre.

Ils attendent l’avis du PM sur la transformation de la marche en meeting. Ce dernier va naturellement soumettre la décision à son patron, lequel aura le dernier mot.

Aux « bons » souvenirs de l’URSS

Le communiqué du RPM dénonçant  la calomnie et la diffamation et invitant les instigateurs à plus de retenues et aux usagers de réseaux sociaux à plus de discernement  est signé : le Ministre Secrétaire Général du RPM. Avec ce titre d’une autre époque, Modibo Sidibé devient Premier ministre Président  des FARE. Zoumana Sako Premier ministre Président de la CNAS Faso Yéré et Moussa Mara: Premier ministre Président de Yéléma. Tiébilé Dramé Ministre Président du Parena, et  Soumaila Cissé, Ministre Chef de l’Opposition Président de l’URD. On veut nous faire revenir à l’ex-Union des Républiques socialistes soviétiques avec sa chape de plomb sur les libertés de presse, d’expression, et même de penser. Sacré Camarade Ministre Secrétaire Général Baber Gano.

Révision constitutionnelle : Et pourtant IBK aura été bien averti

Le lundi passé, le chef de l’Etat a accordé une interview à l’Ortm. Durant tout le week-end,  des rumeurs faisaient déjà état d’une adresse solennelle à la nation. L’interview en question a tourné autour de deux sujets majeurs. A savoir, le projet de révision constitutionnelle et les manifestations contre les forces étrangères notamment françaises. De l’avis des observateurs les Maliennes et les Maliens sont restés sur leur faim.

Aussitôt, les mouvements et associations visés  par les propos irrévérencieux du chef de l’Etat, ont repris leurs activités. A la Bourse du Travail, un sit-in et une conférence de presse ont été aussi organisés mardi et mercredi derniers. Des actions sont annoncées.

Dans les états-majors  politiques, l’interview du chef de l’Etat a surpris plus d’un. Des indiscrétions émanant de certains partis de la majorité présidentielle révèlent qu’il avait été plutôt conseillé à faire des annonces fortes dans son adresse à la Nation. Le retrait, sinon l’abandon du projet de révision constitutionnelle, selon l’un des leaders, lui avait été formellement conseillé.

Au lendemain de l’interview, notre interlocuteur ne cachait pas sa déception en ces termes : ‘On lui a bien dit de laisser tomber cette affaire-là. Mais, il n’écoute personne. Eh bien, on verra ! »

Gouvernance IBK : Encore une structure ultra-budgétivore


Agence d’exécution, Autorité nationale, Programme ou Projet de … ; notre pays regorge de structures qui coûtent énormément cher au trésor public.

Presque chaque mois, l’on assiste à la création d’une nouvelle structure. D’après nos sources, le gouvernement s’apprêterait à mettre sur place une commission nationale en charge de renforcer le partenariat secteur public-secteur privé. Si l’initiative paraît louable, il s’avère que les noms des membres de cette future structure circulent déjà sous les manteaux. Et à l’image des autres structures, il fera bon, très bon, de figurer dans cette commission. Car, murmure-t-on, un pactole de quatre millions de FCFA est prévu comme prime de représentation. A la Primature, la cause est, parait-il, engagée entre les technocrates et les politiciens. Ces derniers prévalant avant tout le fait majoritaire, la commission devrait avoir de beaux jours devant elle.