QUAND UN CONFRÈRE FORCE L’ADMIRATION

 

En un mot : Bravo à « l’Azawad »


Si voter est un acte citoyen, on doit bien tirer le chapeau à des zones tenues toujours par les ex-bandits qui peuvent légitimement revendiquer le statut de meilleurs citoyens.

Avec plus de 85 % de taux de participation autant dans la région de Kidal et de Ménaka ainsi que les coins reculés de Salam dans la région de Tombouctou, les populations de ces régions que les séparatistes de Kidal appellent «Azawad», sont spécialement revenus en dizaines de milliers du Niger, du Burkina Faso, de l’Algérie, de la Mauritanie voire de la France pour glisser leurs bulletins dans les urnes pour celui qui leur a certainement donné la garantie de la satisfaction totale de leur désir.

A l’espace d’un dimanche, de Kidal à Ménaka en passant par Tessalit, Tarkint et autres, toutes les populations sont revenues plus nombreux qu’avant la crise de 2012. C’est bien avec les regards amusés que les soldats de la Minusma et de la force française Barkhane voient défiler les chiffres du vote dans ces localités. En tous cas, Bravo aux magiciens de «l’Azawad» capables de remplir et de vider les villes en un claquement de doigts.

 DAK