Les fonds politiques qui fâchent

Pour Soumaïla Cissé, s’exprimant mardi dernier lorsqu’il présentait ses vœux à la presse, on cherche à le faire taire en menaçant de lui retirer les fonds que la loi alloue au chef de l’opposition qu’il est pour faire fonctionner son Cabinet et prendre en charge une partie des activités inhérentes à ce statut. C’est parce que, a-t-il ajouté, il énerve le pouvoir lorsqu’il parle des fonds politiques, mais personne ne peut le museler. Raison pour laquelle il est revenu sur ces fonds politiques avec une explication très simple : il faut comprendre que cela fait, chaque matin, 5 millions FCFA pour le président e la République (150 millions par mois) ; 2 ?5 millions pour le Premier ministre et 1 million pour le président de l’Assemblée nationale. Ah, que c’est bon le pouvoir !

 

Le directeur de la gendarmerie sur un fauteuil éjectable

Les complaintes concernant l’actuel directeur de la gendarmerie sont telles qu’il se trouve dans une mauvaise posture et son éviction est à l’ordre du jour. On lui reproche le fait de n’être en odeur de sainteté avec personne et en plus sa gestion laisse à désirer. Pour preuve, les archives de la gendarmerie nationale, pourtant si importantes, sont dans un état lamentable, quasiment abandonnées et un gendarme parti y chercher un document sur lequel il devait travailler a failli se faire morde par un serpent. Depuis lors, c’est le tollé et directeur de la gendarmerie est assis sur un fauteuil éjectable.

 

Bradage du patrimoine public

Le bradage du patrimoine public sous le prétexte d’une réforme des biens de l’Etat durant l’année 2017 a été dénoncé car non seulement on a parlé de location-vente dans le cahier des charges mais les acquéreurs rasent tout pour y construire des immeubles commerciaux, ensuite c’est une opacité totale qui entoure ces opérations de cession des biens de l’Etat. Quant à l’identité des acquéreurs réels, n’en parlons pas. Mais un jour viendra où tout va se savoir.  Tout ceci n’arrête pas les affairistes en place qui ont prévu, pour l’année 2018, d’encaisser, comme indiqué dans la loi de finances 2018 : « 16,178 milliards de FCFA en 2018 contre 20,025 milliards de FCFA dans la loi de finances rectificative 2017, soit une baisse de 3,847 milliards de FCFA ou une régression de 19,21%. Ces ressources proviennent essentiellement de la réforme des biens de l’Etat et des ventes de terrains ».

 

Recasement des commerçants du Marché rose

Le Marché rose étant en reconstruction après plusieurs incendies qui l’ont réduit en cendres, le recasement temporaire de ses occupants constitue un véritable casse-tête chinois parce que la mairie du District ne parvient pas à trouver l’espace adéquat. Pourtant l’immeuble du centre commercial construit par l’Aci 2000 vers le grand marché est resté vide. Pourquoi ne veut-on pas y recaser les commerçants dans la mesure où, justement, cela répond à la vocation de cet immeuble ? Comprenez que lorsque diable a besoin es fruits d‘un arbre, toute personne qui tente de grimper pour aller les chercher va chuter gravement. C’est pour exprimer le haut niveau de convoitise de cet immeuble qui fait partie du patrimoine bradé par le régime IBK. Pourtant, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali avait proposé, en son temps, la très bonne idée d’acquérir au nom de l’institution consulaire certains de ces immeubles bradés pour les transformer en centres commerciaux et y recaser les déguerpis dans le cadre de l’opération Amy Kane. Ce qui aurait permis de contribuer sensiblement à la réforme du sous-secteur du commerce de détail. Mais puisqu’un plan machiavélique était déjà mis en place par une mafia…

 

Chasse aux amis de Dra

Depuis que Dramane Dembélé a animé un méga meeting au cours duquel les jeunes ont réclamé sa candidature aux primaires de l’Adema, en mettant en même temps ce parti en demeure de se décider à présenter un candidat à la présidentielle 2018, c’est le branle-bas de combat dans l’administration où les amis de Dramane Dembélé sont traqués et relevés de leur fonction. Chez les vrais amis de Dra nichés dans les sphères de l’administration publique c’est donc bien la panique. Des esprits tordus en profitent pour faire de la délation en accusant à tort des fonctionnaires de rouler pour Dra afin de les faire muter, surtout si ce sont leurs patrons, en espérant les remplacer parce qu’eux se réclament urbi et orbi d’appartenir à la Majorité résidentielle, même sils n’y croient vraiment pas.

 

Malaise au sein de la Cmp

Au sein de la Convention de la Majorité présidentielle (Cmp) cela n’a jamais été le grand moral. C’est pourquoi beaucoup de partis politiques avaient préféré tourner casaque et ceux qui y sont restés espérant es lendemains meilleurs sont en train de perde patience car le malaise est devenu plus profond. Il est amplifié ces derniers temps par le discours tenu par le président du Rpm et président de la Cmp, Bocary Tréta, lorsque l’actuel Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga s’est rendu au siège de la Cmp pour une visite contact. En effet, avec une froideur glaciale, Tréta a clairement exprimé qu’on devait le consulter pour la nomination du Premier ministre, mais que cela n’a pas été fait. Il s’est contenté alors de dire qu’il faut faire avec puisque c’est un des membres de la Cmp qui a été nommé, comprenez Soumeylou. Un discours qui, au lieu e galvaniser les gens, les a crispés. Mais dans le fond, Tréta a raison de réclamer, par des circonvolutions, un peu plus de respect pour le Rpm et le regroupement de la majorité.

 

Encore un scandale qui irrite Koulouba

C’est à croire que si IBK ne va pas vers les scandales, eux viennent vers lui. Ainsi pourrait-on dire avec la dernière affaire qui défraie la chronique, notamment l’arrestation d’un de ses chargés de mission qui a carotté la rondelette somme de près de 200 millions à l’épouse de son frère décédé ans un crash d’avion. En effet, l’indélicat n’a même pas eu pitié pour la femme de son frangin qui se débrouille tant bien que mal pour entretenir ses enfants, depuis que son mari a péri dans le cash d’avion d’Air Algérie survenu dans la région e Gao il y a quelques années. C’est justement le pécule d’indemnisation destiné aux ayants-droits que le chargé de mission a tout simplement détourné. Lorsqu’il a été informé de l’arrestation d’un de ses proches pour pareils motifs, IBK a piqué une colère noire parce que des gens vont encore faire e l’amalgame et le citer encore une fois dans un scandale qui n’a rien à voir avec Koulouba. Sauf que le mis en cause était bien ans le cercle très fermé de là où se prennent les grandes décisions de la nation. C’est donc à croire que les scandales ne veulent pas s’éloigner de Ladji Bourama.

 

Après avoir décrété un deuil de trois jours, IBK fête son anniversaire avec faste


Après avoir décrété un deuil de trois jours pour la mort des forains de Boni dont le camion a sauté sur une mine et des soldats maliens tombés lors des attaques de Soumpi, Niafunké et Youwarou,  on croyait IBK très triste, n’ayant pas envie de quoi que ce soit. Que nenni, le châtelain de Sébénikoro a fêté avec faste son 73éme anniversaire le 29 janvier dernier entouré par les membres de sa famille et plusieurs collaborateurs.

Il y avait du méchoui partout et naturellement l’alcool a coulé à flots. Le spécialiste de la dénégation et de l’oxymore est capable de tout. Pleurer à chaude larme devant les gens puis tout de suite après fêter un événement avec allégresse. Après tout,  un vieux briscard de la politique doit avoir plusieurs cordes à son arc.