MARCHE DES CARTES D’IDENTITE BIOMETRIQUES Cedeao

Le blocage continue

Depuis onze mois qu’on leur a notifié être les adjudicataires du marché de confection de cartes d’identité biométrique Cédéao couplées à la carte d’identification pour l’Assurance maladie obligatoire (Amo), la société Cissé Technologie et son partenaire, l’Imprimerie de France, attendent en vain de pouvoir exécuter ce marché sciemment bloqué dans les rouages de l’Administration, plus précisément au niveau du ministère de l’Economie et des Finances, malgré les injonctions écrites du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Ce ne sont, en réalité, que des manœuvres dilatoires pour extorquer ce marché juteux aux adjudicataires. Ce qui a d’ailleurs commencé. 
Dès qu’elles ont été déclarées adjudicataires de ce marché de confection de cartes d’identité biométriques Cédéao couplées à l’identification pour l’Assurance maladie obligatoire (Amo), la société Cissé Technologies et sa partenaire, l’Imprimerie nationale de France, ont commencé à subir les manœuvres de sous-marins décidés soit à leur extorquer ce marché, à défaut de cela les empêcher de l’exécuter.

Effectivement, après plusieurs entraves et coups bas pour dissuader Cissé technologie, en vain, cette société fut appelée enfin à une négociation, le 29 mars 2017, dans les locaux du ministère de l’Economie et des Finances. Peut-être le bout du tunnel, pensait-on du côté des adjudicataires, après plusieurs mois d’attente au cours desquels tout a été tenté pour leur ôter ce marché.

A l’issue de cette négociation sur les prix, les propositions de Cissé Technologies et sa partenaire se présentaient ainsi: 8.000 FCFA Hors Taxe par carte pour 10 millions de cartes à confectionner ; 8.400 FCFA Hors Taxes par carte pour 8 millions de cartes ; 8.700 FCFA HT par carte pour 5 millions de cartes. Logiquement, les choses devaient bouger rapidement après cette réunion, au vu de l’importance et surtout de l’urgence de la question qui ont été manifestées au moment de l’appel d’offres.

Mais huit jours après, une lettre du ministre de l’Economie et des finances viendra encore tout bouleverser, notamment en proposant un découplage des deux cartes (Cédéao et Amo) en prétextant le manque de ressources de l’Etat pour faire face à ce marché attribué à Cissé Technologie. Et d’autorité, Dr Boubou Cissé de proposer 6.000 F CFA par carte biométrique d’identité nationale Cédéao sécurisée.

La raison invoquée n’était en fait qu’un prétexte fallacieux car il se révélera, plus tard, qu’en scindant ainsi ce marché, cela engendrera plus de dépenses. Mais c’était certainement une façon de décourager les adjudicataires du marché qui se voit ainsi réduit à sa plus simple expression. Pis, on va tout faire pour laisser les adjudicataires en rade car la Canam a déjà commencé à confectionner les cartes biométriques d’identification de ses adhérents, suite à un autre marché. Alors que pour les cartes d’identité, on semble renoncer à celles Cédéao pour confectionner des cartes d’identité nationale, rendant ainsi le marché de Cissé Technologies sans objet.

En effet, il y a peu, on a attribué deux marchés de gré à gré pour la confection de cartes d’identité nationale pour 1 milliard et de cartes NINA pour 2 milliards. La décence recommandait que cela fût au profit des premiers adjudicataires, c’est-à-dire Cissé Technologie et sa partenaire, notamment l’Imprimerie nationale de France. Mais que non ! De véritables sous-marins sont passés par là.

Ce qui est encore plus grave, c’est lorsque le ministre de l’Economie et des Finances fait de la résistance contre son Premier ministre, en refusant de respecter ses injonctions fondées sur l’application de la loi. En effet, se référant à la décision n° 16-043-ARMDS-CRD du 23 août 2016 de l’Autorité de Régulation des marchés publics et des Délégations de services publics et à l’Ordonnance n° 28-CS-PSA du 03 novembre 2016 de la Cour suprême (section administrative), le Premier ministre a écrit au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le 20 juin 2017, pour l’inviter à poursuivre la procédure de passation relative à ce marché dont Cissé Technologie est adjudicataire.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a fait preuve de diligence en transmettant, le 23 juin dernier, la lettre du Premier ministre au ministre de l’Economie et des Finances, tout en demandant à ce dernier de lui faire parvenir les éléments de prix issus des négociations qui se sont déroulées dans son bureau à l’Hôtel des Finances.

Mais depuis lors, c’est le silence radio du côté du ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, dont les services sont donc restés sourds aux injonctions du Premier ministre et muets comme des carpes par rapport à ce dossier qui se trouve donc pris en otage. Un marché autour duquel gravitent des intérêts sordides de forces non négligeables dans le landerneau politique malien.

Pendant ce temps, rappelons-le, il a été attribué deux marchés de confection de cartes d’identité nationale et des cartes Nina. Une meilleure façon de procéder à un enterrement de première classe d’un marché dont le processus a été régulier de bout en bout.

K.D.