Gouvernance

 

Ben Barka place son cousin au Ministère des Transports et du Désenclavement et lui donne plusieurs directions-clé des autres départements. Et pour protéger tout le monde d’éventuelles poursuites, il s’apprête à bombarder son ami Amadou Sangaré  Vérificateur général.

 

Le décret de nomination de l’actuel gouvernement pêche par ses incongruités. Il ne trace pas les limites entre les ministères du fait des dénominations de plusieurs  ministères qui, dans un pays normal, veulent dire la même chose. Le Premier ministre et le Secrétaire général de la Présidence ont tenté de « rectifier » le tir mais le neveu national a plutôt tiré la couverture vers son cousin Moulaye Ahmed Boubacar. Et ce n’est pas tout.

 

Dans « Le Sphinx » N° 673 du 12-1-18, on  demandait quelle différence y a-t-il entre les ministères de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, du Développement local, des Collectivités Territoriales et celui de l’Aménagement du territoire et de la population ?

Dans la même veine,  on peut dire quelle est la différence entre le Ministère  des Transports et du Désenclavement et celui des Infrastructures et de l’Equipement ? C’est pour essayer de rectifier les incongruités du décret bancal portant sa nomination que l’actuel Premier ministre Soumeylou Boubéye Maïga  a pris le Décret N°2018-0047/PM-RM du 17 janvier 2018. Cette rectification a été l’occasion pour le Secrétaire général à la Présidence, Moustapha Ben Barka  dont l’actuel PM avait sollicité le concours,  de loger beaucoup directions juteuses sous la tutelle du ministre  des Transports et du Désenclavement, Moulaye Ahmed Boubacar qui n’est autre que son cousin dans la nomination de qui il s’est beaucoup investi.  Il suffit de jeter un coup d’œil  sur ledit décret- qui commence d’ailleurs à faire des mécontents au sein du nouveau gouvernement- pour s’en rendre compte.

C’est ainsi  que la Société du  Patrimoine ferroviaire du Mali (SOPAFER-SA) qui était sous la tutelle du Ministère des Infrastructures et de  l’Equipement dirigé par Mme Traoré Seynabou Diop tombe dans l’escarcelle du Ministère  des Infrastructures et de l’Equipement des Transports et du Désenclavement dirigé par le cousin de Ben Barka, Moulaye Ahmed Boubacar, il est laissé pour emploi à son ancien Ministère, c’est-à-dire que ce  dernier peut recourir à elle quand elle veut. Elle a désormais une attribution transversale, elle sert plusieurs ministères à la fois.  Comme l’Agence nationale de la Météorologie et tant d’autres directions. Ce qui qui risque de provoquer pas mal de frictions.

Le Ministère de l’Agriculture perd l’Agence d’Exécution des Travaux d’Infrastructures et d’Equipements ruraux (Agetier) qui a désormais pour tutelle le Ministère du Développement local dirigé par Soumana Mory Coulibaly-La-Girouette, l’homme de tous les partis qui vient enfin d’être récompensé par ses nouveaux amis. Il avait  depuis atterri au  RPM avec armes et bagages après avoir quitté le FARE de Modibo Sidibé qu’il avait regagné après son départ surprise de l’Adéma-Pasj. L’Agetier est elle aussi devenue une attribution transversale. Le Ministère du Développement industriel dirigé par  Mme Nina  Walet Intalou  hérite de l’UMPP (Usine malienne de Produits pharmaceutiques)

Quant au département des Transports et du Désenclavement qui est un nouveau ministère, non seulement on lui réservé l’Agence d’Exécution des Travaux d’Entretien routier (Ageroute), l’Autorité routière, les Aéroports du Mali (ADM), l’Agence nationale de la Sécurité routière (Anaser), l’Agence nationale de l’Aviation civile (ANAC), l’Agence  nationale de la Météologie (Mali-Météo), la Société d’Assistance aéroportuaire du Mali (ASAM), la Compagnie malienne de Navigation (Comanav), le Conseil malien des Transporteurs routiers (CMTR),  le Conseil malien des Chargeurs (CMC), l’Industrie navale de Construction métallique (Inacom-Sa), on a profité de la rectification du décret pour mettre sous sa tutelle la Société de Patrimoine ferroviaire du Mali (Sopafer) et il a pour emploi le Centre national de Recherche et de l’Expérimentation en Bâtiment et Travaux publics, les Ordres des Géomètres experts et des Ingénieurs Conseil. Bref, le Neveu national a réservé toutes les directions juteuses à son cousin au détriment des Ministres du Développement local, des Infrastructures et de l’Equipement, et de l’Agriculture. Ce qui cause beaucoup de frustrations au sein de l’équipe gouvernementale. Pourquoi la SOPAFER ? Parce que tout simplement, le chemin de Fer a un important patrimoine dont la vente peut apporter plusieurs centaines de milliards !


« Ma Famille d’Abord »,  le Mali à bâbord !

Et ce n’est pas tout, Moustapha Ben Barka qui n’a jamais accepté le fait d’être épinglé par l’actuel Vérificateur Général dans l’audit du marché d’achat de l’avion présidentiel veut tout faire pour placer un de ses amis, Amadou Sangaré à la tête du BVG afin d’assurer les arrières de tous les membres de « Ma famille d’Abord » qui ont trempé dans des marchés malodorants comme les marchés d’équipements de l’Armée, d’achats de pick-up et d’aéronefs pour l’Armée, des routes facturées à 1 milliard le kilomètre etc. etc.
Amadou Sangaré est un expert-comptable ami de la famille présidentielle. Il se prépare activement à devenir VG. N’a-t-il des appuis un peu partout, comme François Desmazières, le puissant PCA de l’Asecna ?

A.D