A CAUSE DE SA CROISADE CONTRE LA CORRUPTION ET LA FRAUDE EN COMMUNE IV

 
Le domicile du  jeune maire Assane Sidibé attaqué à main armée

Des tireurs non encore identifiés ont tiré plusieurs coups de feu sur le domicile du 3è adjoint au maire de la commune IV chargé des questions foncières, Assane Sidibé, dimanche dernier entre 19 heures et 20 heures. Il n’était pas dans la maison et il n’y a eu que des dégâts matériels. Mais cette attaque repose la question de la sécurité à Bamako.

L’assistant du jeune maire avait vu son véhicule attaqué il y a de cela près de trois mois, lorsqu’il avait commencé à dénoncer les fraudes sur le foncier qu’il avait constaté après sa prise de fonction en tant que 3è adjoint au maire de la commune IV chargé du foncier.

Mais au fil des jours, il allait de découverte en découverte et a fini par porter ces affaires devant la justice. Ce qui n’a pas plu aux prédateurs fonciers qui avaient attaqué nuitamment la voiture de son assistant dans laquelle les malfaiteurs étaient entrés par effraction et l’avaient fouillé de fond en comble. Même les sièges avaient été démontés. Rien n’a été emporté. C’est la preuve que les auteurs cherchaient les dossiers qu’ils l’avaient vu transporter dans la journée et qui les incriminaient.

D’ores et déjà ce fut un avertissement sérieux et la situation des prédateurs fonciers est devenue moins enviable avec les enquêtes ouvertes par le procureur auprès de de la gendarmerie du camp I de Bamako où les anciens maires et certains rescapés restés en activité ne cessent de défiler.

Depuis lors ce sont des menaces et certains des spéculateurs fonciers qui ne sont membres d’une quelconque équipe municipale mais se sont transformés en courtiers et businessmen du foncier ne cachent pas leur embarras face aux dénonciations du jeune Assane Sidibé et ne ratent aucune occasion pour proférer des menaces.

C’est aussi le branle-bas de combat au niveau de certains états-majors politiques qui ont des cadres impliqués jusqu’au cou dans ces dossiers remis aux enquêteurs.

Mais le paroxysme, c’est lorsqu’un dossier de faux et usage de faux a été monté avec son nom et la signature du maire du district de Bamako a été imitée pour tenter de jeter le discrédit sur Assane Sidibé qui a porté plainte après la confirmation de la part du maire du District qu’il n’a jamais signé un dossier concernant cette zone, Kalabanbougou, la connaissant zone à problèmes avec de multiples litiges en suspens. C’est donc la panique dans le camp des faussaires, surtout que le jeune maire reconnaît avoir rejeté une première fois ce dossier qu’on lui avait soumis pour le piéger et se rappelle de celui qui détenait ledit dossier.

C’est certainement pour le faire taire qu’on entreprend d’user de gros moyens, même ceux criminels. Malheureusement pour les tireurs et leurs commanditaires, cette attaque a provoqué un élan de sympathie car les gens viennent de partout pour féliciter le jeune maire pour ses actes courageux et le rassurer de leur soutien. D’ailleurs, la plateforme qui avait été créée par des bonnes volontés de plusieurs quartiers de la commune IV pour le soutenir voient ses rangs grossir et projette une grande marche de soutien à Assane Sidibé et aussi, en même temps lancer un avertissement au lobby du foncier.

N.S