LA PLATEFORME AN TE A BANNA EXIGE ET DENONCE :

« L’audit du fichier électoral ; l’accès démocratique aux médias d’Etat surtout l’ORTM… le tripatouillage des procédures et des résultats électoraux, des bulletins de vote préétablis… »

Et promet des plans d’actions appropriés» au cas où

2018, c’est maintenant et tout de suite. C’est bien ce que tente de faire comprendre le Mouvement «An tè à banna» dans un manifeste qu’il a rendu public courant semaine dernière. Nous sommes bien partis pour 2018.
Dans le document en question, la Plateforme met en garde contre certaines pratiques de nature à favoriser la fraude électorale ou à avantager un candidat. Pour ce faire, elle exige, entre autres,

« L’accès démocratique aux médias d’Etat surtout l’ORTM
L’instauration de la biométrie et l’audit du fichier électoral
La création d’une autorité unique et indépendante de gestion des élections
Arrêtons comme Acte Citoyen d’envergure, une campagne nationale et internationale soutenue par l’amélioration de l’accès aux cartes NINA et contre la rétention délibérée qui favorise l’ingénierie de la fraude caractérisée par :
La circulation, à travers tout le pays de bulletins de vote pré-cochés en faveur d’un parti
l’utilisation de cartes NINA par des utilisateurs qui n’en sont pas propriétaires
Le tripatouillage des procédures et des résultats électoraux
La désignation partisane des présidents et Assesseurs des bureaux de vote» (lire le Manifeste).

En cas de manquement à ces exigences, les membres dudit Mouvement menacent de réagir à hauteur de souhait en ces termes, chaque fois que besoin est : «décidons de jouer désormais notre rôle de veille citoyenne pour parer aux problèmes conjoncturels les plus urgents en élaborant et en exécutant, chaque fois que de besoin, des plans d’actions appropriés »…

«Des plans d’actions appropriés» ? Mais de quoi s’agit-il ? 2018 nous le dira, Inch’Allah, comme dira l’autre.

Batomah Sissoko

 

 

MANIFESTE DE LA PLATEFORME AN TE A BANA


Nous, femmes et hommes, initiateurs de la présente Plateforme

Inspirés par les énormes sacrifices consentis de longue date par des Maliennes et des Maliennes pour l’avènement et la consolidation de la Démocratie et de l’Etat de Droit ;

Tirant les leçons de nos actions de protestation pacifique – marches et meetings des 17 juin, 1er et 15 juillet, 3 et 19 Août 2017- qui, par leur niveau de mobilisation populaire, ont moralement et politiquement légitimé notre combat au sein de la Plateforme AN TE A BANA contre la révision constitutionnelle et en ont fait une force de veille républicaine démocratique et citoyenne dédiée  à la défense des droits et libertés publiques ;

Inspirés par le fait que, pour la première fois, les Maliens se sont mobilisés pour dénoncer la dégradation de la situation sécuritaire et pour faire face à l’affaissement des institutions de la Gouvernance politique sociale et économique ;

Conscients du fait qu’aujourd’hui, notre pays fait l’expérience douloureuse d’un niveau de souffrance élevé des populations en général, des couches les plus défavorisées en particulier et que pendant ce temps, des ressources importantes sont allouées à des dépenses somptuaires et de prestiges dont les justifications défient souvent toute rationalité ;

Se référant au fait que la gouvernance en cours, caractérisées par des scandales financiers et l’amplification des formes de corruption, de chantages de rackets des citoyens, de non-redevabilité et de l’impunité généralisée, témoigne d’une tragique déconnexion du pouvoir exécutif d’avec les priorités du pays ;

Notant que naguère envié et cité en exemple pour la qualité de sa démocratie pluraliste, la liberté de sa presse, le dynamisme de sa société civile, la qualité des alternances pacifiques ornées de gestes d’élégance, entre les protagonistes, le Mali est aujourd’hui la risée du continent ;

Convaincu que tout pouvoir basé sur le respect du pacte social et Républicain est légitime et régulier et que pouvoir qui s’en écarte devient par-là même arbitraire ;

Rappelant que face à cette crise d’une extrême sévérité sur les plans sécuritaire, politique, institutionnel, économique social et culturel, il est juste de ne pas livrer le sort de notre peuple à une fatalité ou à des forces extérieures ;

Considérant la non-implication de la grande majorité du Peuple Malien et la non-prise en compte de l’avis des Institutions de la République dans le processus d’élaboration pour la paix et réconciliation issu du processus d’Alger et que ledit Accord ne peut être appliqué en l’état ;

Après avoir mis en échec le projet de réforme de la Constitution, qui aurait, entre autres, favorisé la partition de notre pays ;

Déterminés à rester débout et vigilants face à toute velléité de tout changement anticonstitutionnel de la Constitution du 25 Février 1992, seul gage de respect de la volonté du Peuple ;

Conscients que seule la vitalité des principes démocratiques peut garantir le renouvèlement pacifique du pouvoir et que dans cette perspective chaque citoyen doit avoir la faculté de contribuer librement au choix du mode de gouvernance et à l’élection des gouvernants ; un droit que rien ne saurait lui dénier ;

Soucieux que le maintien de la dynamique du 11 juin 2017 – (création de la Plateforme) serve à promouvoir une culture institutionnelle ;

Désireux de contribuer à la promotion de la Bonne gouvernance, le renforcement de l’efficacité, de la crédibilité et de la redevabilité dans la gestion politique, administrative et économique et notamment, celles des ressources naturelles et minières et des entreprises publiques ;

Ayant à l’esprit que seul un vrai débat contradictoire et citoyen, démocratique et non-élitiste, principalement dans les langues nationales et dans le respect de la diversité culturelle pourrait offrir au Mali une véritable renaissance démocratique ;

La Plateforme AN TE A BANA réaffirme sa volonté de contribuer à ce que le Peuple malien maîtrise mieux son destin républicain, démocratique et pluraliste. C’est pourquoi : 

Nous, femmes et hommes, initiateurs de la présente plateforme

Décidons d’élaborer et d’adopter ce manifeste conformément aux principes directeurs ci-après :

L’attachement indéfectible aux valeurs de le République, à la laïcité de l’Etat, à l’intégrité du Territoire national et à la souveraineté du Mali
Le respect des principes démocratiques
L’accès au pouvoir et son exercice conformément à la Constitution et aux principes d’un Etat de droit qui comprend le rejet et la condamnation des changements anticonstitutionnels
La séparation effective des pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif
La participation effective des citoyens au processus démocratique et à la gestion des affaires publiques par l’exercice d’un contrôle citoyen
L’indépendance, la crédibilité, la célérité de la justice et la lutte contre l’impunité sous toutes ses formes
La transparence dans la gestion des affaires publiques, la condamnation et la répression des actes de corruption
La récompense du mérite par l’encouragement de l’intégrité

Convenons d’assigner comme objectifs stratégiques à la Plateforme AN TE A BANA de travailler à créer des conditions sine qua non d’une paix durable au Mali, à savoir l’organisation, à intervalles réguliers, l’organisation d’élections transparentes et crédibles incluant :

Le recouvrement de l’intégrité territoriale, y compris le déploiement de l’Armée et de l’Administration sur l’ensemble du territoire national
L’accès démocratique aux médias d’Etat surtout l’ORTM
L’instauration de la biométrie et l’audit du fichier électoral
La création d’une autorité unique et indépendante de gestion des élections
Arrêtons comme Acte Citoyen d’envergure, une campagne nationale et internationale soutenue par l’amélioration de l’accès aux cartes NINA et contre la rétention délibérée qui favorise l’ingénierie de la fraude caractérisée par :
La circulation, à travers tout le pays de bulletins de vote pré-cochés en faveur d’un parti
L’utilisation de cartes NINA par des utilisateurs qui n’en sont pas propriétaires
Le tripatouillage des procédures et des résultats électoraux
La désignation partisane des présidents et Assesseurs des bureaux de vote

Au regard de la triste réalité décrite ci-dessus,

Décidons de jouer désormais notre rôle de veille citoyenne pour parer aux problèmes conjoncturels les plus urgents en élaborant et en exécutant, chaque fois que de besoin, des plans d’actions appropriés ;

Rappelons la communauté internationale à son devoir de prévention de conflits post-électoraux ;

Invitons à une relecture de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger afin de le rendre accessible aux Maliens et applicable

Convenons de lutter farouchement contre le séparatisme et le terrorisme par la relégitimation de l’Etat

Rappelant que la Plateforme AN TE BANA est composée d’associations de jeunes, de femmes, d’artistes célèbres, d’activistes de renom, de syndicats des travailleurs, de partis politiques et de personnalités indépendantes ;

Convenons d’opter comme nouveau mode opératoire, la création sans délai sur toute l’étendue du territoire et dans toute la diaspora des structures de la plateforme AN TE A BANA

Appelons les Maliennes et les Maliens à venir à venir nombreux renforcer les rangs de la Plateforme AN TE A BANA

En foi de quoi ;

Nous femmes et Hommes avons pris l’initiative d’élaborer et d’adopter le présent manifeste.

Adopté par l’Assemblée Générale de la Plateforme AN TE A BANA

A Bamako le 16 Septembre 2017

La Présidente

Madame Sy Kadiatou Sow