REBONDISSEMENT DANS L’AFFAIRE DE L’EX-MINISTRE CHEICK OUMAR DIARRAH

Sa sœur Adam Aïché Diarrah arrêtée pour complicité

Accusé d’abus de pouvoir, l’ex-ministre de la Réconciliation nationale, Cheick Oumar Diarrah, a échappé de peu à l’incarcération au mois d’Avril 2016 suite à une plainte de sa victime Binta Mallé.  Mais sa sœur bien-aimée répondant au nom de Adam Aïché Diarrah a été arrêtée et placée sous mandat de dépôt le mardi dernier, pour raison de complicité. Selon toute évidence, les deux personnages (Diarrah) ont tout planifié.

Pour rappel, c’est suite à un soit-transmis du Procureur général près la Cour d’Appel Daniel Tessougué au moment des faits, que le Service d’Investigation judiciaire de la Gendarmerie du Camp I a été invité à procéder à l’interpellation du suspect au mois d’Avril 2016. Et lorsque l’Appelé refusa d’obtempérer, ordre fut donné aux gendarmes de le conduire manu militari chez le juge d’instruction Sarémé Coulibaly du 4ème Cabinet de la Commune.

L’interpellation faisait suite à la plainte pour «abus de confiance» du Conseil de la victime, Me Magatte Sèye. Le montant reproché est de l’ordre de 238 millions de FCFA remis par la dame Binta Mallé à l’ex-ministre en vue de la création d’une entreprise au Mali comme initialement convenu entre eux.

Mais après avoir encaissé le montant, l’ex-Ministre n’a plus donné signe de vie. Ce qui a valu la plainte de la cousine et de peu, l’incarcération du cousin.

C’est un coup de fil venu on devine où, qui a empêché les Gendarmes de l’embarquer. Par la suite, le suspect s’est prémuni d’un certificat médical attestant d’une santé fragile susceptible de se dégrader davantage à la suite d’une éventuelle détention. Depuis, il reste, sous «contrôle médical» dans une clinique de la place et par conséquent, à l’abri d’une arrestation suivie d’emprisonnement. La victime attend toujours le remboursement intégral de ses 230 millions F CFA.

Arrestation d’Adam Aïché Diarrah

Aux dernières nouvelles, la sœur du suspect, à savoir, Adam Aïché Diarrah a été arrêtée et placée sous mandat de dépôt par le juge d’Instruction en charge du dossier. Mais que lui reproche-ton dans les faits ? L’interview de la victime parue dans le «Sphinx» au mois de juin 2016 n’y est certainement pas étrangère. Aux dires, de la victime, c’est bien cette cousine et non moins sœur du suspect qui l’a amenée vers Cheick Oumar Diarrah (lire encadré) et qui continue encore à l’entretenir depuis la clinique où il séjourne depuis maintenant plus d’année. 

A suivre

Batomahj Sissoko

 



«





























Cheick Oumar Diarrah est l’ami du Président de la République» 

 
Cette interview de la victime Binta Mallé a été publiée dans ces mêmes colonnes au mois de juin 2016. Elle mérite aujourd’hui une relecture.

Le Sphinx : Qu’est-ce qui s’est exactement passé avec le cousin Cheick Oumar Diarra ?

Binta Mallé : Cheick Oumar Diarrah est bien sûr un cousin. Mais on ne s’est jamais familiarisé. Sa sœur Adam Aïché Diarrah a été adoptée par ma mère. Un jour, je discutai avec mon conseiller au téléphone et elle était là. On parlait d’un projet de création de société. Et après cette conversation, elle [la cousine] m’a demandé pourquoi je travaillais avec les banques, ces voleurs et arnaqueurs alors que Cheick Oumar Diarrah est susceptible de nous aider au mieux. Il est l’ami du président de la République, m’a-t-elle dit.

Cheick Oumar Diarrah était-il ministre au moment des faits ?

Non, il ne l’était pas et je l’ignorais ! Sa sœur ne m’a rien dit à ce sujet. Mais il y avait cependant des policiers devant sa maison. Je le sais parce que j’accompagnais souvent Adam Aïché chez lui qui lui apportait à manger

Et que s’est-il passé ensuite ?

C’est donc suite aux suggestions de sa sœur que nous sommes allées le voir en vue de la création d’une entreprise. Il m’a alors demandé de lui remettre une première tranche de 40 millions F CFA pour ce faire et le reliquat devant être versé plus tard. En réponse, je lui ai fait savoir que je ne suis pas en mesure de lui verser de l’argent liquide qui, au demeurant ne m’appartient pas à moi seule. Nous étions plusieurs sur le projet. Il y avait mon époux, ses frères et cousins qui vivent en Angola… Bref, je lui ai dit que je ne pouvais lui verser le montant en espèces. Il m’a ensuite proposé que chacun de nous réfléchisse sur la nature de l’entreprise en question et des modalités.

Quel rôle a joué la sœur de Cheick Oumar, Adam Aïché Diarrah ?

Elle était intermédiaire entre Cheick Oumar et moi. Et lorsqu’on se voyait, elle me disait qu’elle lui a dit ceci et cela. Tantôt, elle me disait que Cheick avait l’intention d’ouvrir une banque avec Soumaïla Cissé et que chacun devrait verser 1 milliard dans la cagnotte ; tantôt il est question d’ouvrir une société avec Tidjane Badian, le fils de Seydou Badian… Des tas de trucs quoi ! Finalement je suis personnellement allée le voir pour lui dire que je ne pouvais lui remettre l’argent sans l’accord de mon mari. Il m’a répondu qu’il a déjà fait venir des partenaires qu’il a fait loger à l’hôtel Radisson et que sa crédibilité était, par conséquent, en jeu. Dieu m’entend en ce moment et Il sait que je dis la vérité. Puisque sa crédibilité est jeu, lui ai-je répondu, je vais procéder au virement. Et c’est ce que j’ai fait. Et le lendemain, je lui ai demandé s’il avait reçu le montant. Il me l’a confirmé. Fort heureusement, j’ai gardé toutes les preuves de la transaction.

Toutes les preuves ?

Oui, toutes !

Propos recueillis par A. Dramé